/entertainment/tv
Navigation

François Arnaud redevient Moody

The Moodys
Photo courtoisie, Jonathan Wenk/FOX C’est à Montréal que François Arnaud, qui habite maintenant New York, a tourné la suite des Moodys, cette comédie du réseau américain FOX. Il devrait revenir au Québec cet été pour participer à deux autres projets.

Coup d'oeil sur cet article

Ce printemps, François Arnaud renoue avec The Moodys à la télé américaine. Et cette fois, FOX a commandé plus d’épisodes.

Tournée cet hiver à Montréal, cette deuxième saison succède aux six épisodes de Noël présentés en décembre 2019. Elle nous replonge au cœur des Moody, une famille légèrement dysfonctionnelle de Chicago, composée d’une mère (Elizabeth Perkins), d’un père (Denis Leary) et de leurs trois enfants. Jay Baruchel campe Sean, le raté du clan qui purge une peine d’assignation à résidence, Chelsea Frei défend la nouvellement divorcée Bridget, et François Arnaud interprète l’amoureux instable Dan.

« Dan n’est pas l’archétype du loser comme son frère, mais il l’est pareil, indique François Arnaud au téléphone. Il aime bien se faire croire qu’il est le plus normal des trois, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Il est égoïste. Il fait toujours le choix qui l’arrange. Il est assez faible, en fait ! »

Tourner en pandémie

Comprenant huit épisodes, la suite des Moodys est entrée en ondes jeudi dernier. Les premières secondes ont révélé qu’un mariage viendra conclure la saison, mais, pour l’instant, on ignore lequel.

Ce qu’on sait, toutefois, c’est que Jacob Tierney (Letterkenny) a réalisé quatre épisodes et qu’en cours de tournage, François Arnaud a porté le fameux Kiss Guard, ce masque d’allure extraterrestre créé au Québec qui permet d’inclure des baisers à l’écran en respectant les mesures sanitaires en pandémie. En filmant ces scènes à partir d’un certain angle, on jurerait qu’on voit deux acteurs s’embrasser, alors qu’en réalité, leurs lèvres n’entrent jamais en contact.

« C’était particulier comme expérience, raconte le comédien. Quand j’ai vu cette espèce de prothèse, j’ai pensé : “Ça semble tout droit sorti d’Alien !” Mais ça marche ! Quand j’ai filmé la scène, je suis allé voir un playback tout de suite après, et c’était vraiment bluffant. »

Un tournage « exceptionnel »

Malgré l’incertitude entourant la COVID-19, François Arnaud n’a pas chômé au cours des 12 derniers mois. En plus des Moodys, l’acteur de 35 ans, qui habite maintenant à New York, a joué dans deux films : en septembre, il s’est exilé en Ontario pour tourner La switch, de Michel Kandinsky, puis d’octobre à novembre, il s’est posé aux Îles-de-la-Madeleine pour donner la réplique à Patrice Robitaille, Antoine Bertrand et Louis Morissette dans Au revoir le bonheur, de Ken Scott (La grande séduction).

François Arnaud qualifie ce dernier tournage d’« exceptionnel ».

« C’est une belle histoire. On avait du temps pour bien faire les choses. Et mon personnage, c’est un épicurien qui est toujours en train de savourer la vie, de manger des huîtres, de boire du vin... Ça avait quelque chose de contagieux. Ça m’a rendu positif. Ça m’a permis d’encore plus apprécier l’expérience. » 


The Moodys à FOX les jeudis à 21 h 30.