/sports/fighting
Navigation

Un gala aux États-Unis pour EOTTM?

Le promoteur Camille Estephan évalue ses options

Gala Eye of the Tiger Management
Photo d'archives, Martin Chevalier Combat des super-moyens entre David Lemieux et Max Bursak dans le cadre du gala du groupe Eye of the Tiger Management au Centre Bell, en décembre 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Après l’annulation de son gala du 17 avril, le promoteur Camille Estephan n’a pas mis de temps pour se retrousser les manches. Il a déjà plusieurs scénarios sur la table pour ses boxeurs, dont celui de mettre sur pied un gala aux États-Unis si c’est nécessaire. 

• À lire aussi - Boxe: la Russie au lieu du Québec pour deux protégés d’EOTTM

• À lire aussi - «Annuler un gala coûte très cher à l’économie québécoise»

Le patron d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) est dans une position particulière. Il souhaite présenter des galas en sol québécois, mais les démarches pour faire venir des boxeurs de l’étranger sont ardues. 

S’il avait décidé d’aller de l’avant avec son gala du 17 avril, il aurait dû annuler au moins trois combats, soit ceux de David Lemieux, de Simon Kean et d’Artem Oganesyan. Du même coup, il était impossible pour Estephan de respecter son entente avec TVA Sports, qui devait présenter les duels de Lemieux et Kean en direct. 

Maintenant, le plan est de présenter un gala le 8 ou 15 mai au Québec. Lemieux, Kean et Erik Bazinyan devraient monter sur le ring lors de cette soirée. Cependant, leurs combats ne sont pas encore coulés dans le béton. 

Pourquoi ? Les dirigeants se butent aux mêmes difficultés que la semaine dernière. Estephan n’a aucune garantie que les adversaires de ses trois boxeurs, qui sont tous Américains, pourront traverser les douanes pour prendre part à son événement. 

Les avocats de l’homme d’affaires tentent de trouver des solutions avec le gouvernement fédéral. Une date butoir a été fixée à lundi prochain. 

Si Estephan n’obtient pas l’aval des autorités, il ira tout de même de l’avant avec son événement, mais sans Lemieux, Kean, ni Bazinyan. Il aura tout de même assez de duels pour présenter une carte de boxe complète. La finale de la soirée devrait être le deuxième choc entre Mathieu Germain et Steve Claggett.

À Atlantic City ?

Pendant ce temps, Estephan et Antonin Décarie travaillent également sur un plan B pour Lemieux, Kean et Bazinyan. 

Selon ce que Le Journal de Montréal a appris dans les derniers jours, les deux dirigeants étudient une offre pour présenter un gala dans un hôtel d’Atlantic City, dans l’État du New Jersey. 

S’ils vont dans cette direction, c’est pour permettre à leurs trois boxeurs de demeurer actifs. Dans le cas de Bazinyan, c’est encore plus important parce qu’il ne s’est pas battu depuis février 2020.

À ce moment-là, celui qui est classé no 5 à la World Boxing Organisation (WBO) avait enregistré une victoire contre le Finlandais Timo Laine à Rimouski.  

Son inactivité est due aux nombreuses négociations avec Golden Boy qui n’ont jamais abouti. Durant cette période, il s’est concentré à peaufiner des aspects techniques en compagnie de ses entraîneurs dans le gymnase. 

Des combats en Russie 

EOTTM a annoncé mercredi que ses boxeurs Artem Oganesyan (12-0, 10 K.-O.) et Ivan Kozlovsky (2-0, 1 K.-O.) se battraient le 21 mai en Russie. 

Oganesyan, qui devait affronter Josh Wagner le 17 avril, tentera de demeurer invaincu chez les professionnels. Il ne connaît pas encore l’identité de son adversaire. 

Pour ce qui est de Kozlovsky, il affrontera Adam Kipenga (11-1, 7 K.-O.). Il tentera de mettre la main sur son premier titre mineur alors qu’il en sera seulement à son troisième combat chez les professionnels.

À VOIR AUSSI | Sondage Léger: le palmarès des plus grands athlètes de l’histoire du Québec