/sports/football/rougeetor
Navigation

Un premier mondial pour Audrey Leduc

La sprinteuse Audrey Leduc
Photo courtoisie, Rouge et Or de l'Université Laval La sprinteuse Audrey Leduc

Coup d'oeil sur cet article

La sprinteuse Audrey Leduc aura l’occasion de participer à son premier championnat mondial en carrière les 1er et 2 mai à Chorzow, en Pologne.

L’équipe canadienne a retenu 24 athlètes pour la 5e édition des mondiaux de relais, qui seront présentés en Europe pour la première fois. Pour le moment, le Canada est qualifié pour les Jeux olympiques de Tokyo au 4X400m féminin uniquement. Le relais avait atteint la finale du mondial d’athlétisme de 2019 à Doha, au Qatar.

Avant de s’envoler pour la Pologne, le Canada tiendra un camp d’entraînement à Baton Rouge, en Louisiane. Leduc quittera Québec le 17 avril. «Nous sommes sept filles au 4X100m qui lutteront pour les quatre postes à l’enjeu. Il s’agira d’un premier camp depuis janvier 2020 et les entraîneurs voudront vérifier la chimie et les échanges des relais.»

«Je crois à mes chances de percer le top 4 parce que j’avais connu un bon camp à Grenade en 2020 et j’ai depuis poursuivi ma progression, de poursuivre Leduc. Toutes les filles ont des chances de terminer parmi les quatre premières, mais Crystal Emmanuel [double olympienne] part avec une longueur d’avance. Championne canadienne en titre, c’est elle la plus vite.» Le relais canadien avait été disqualifié au mondial en 2019, ce qui explique qu’il court toujours après son laissez-passer pour Tokyo.

Éclosion rapide

Les succès de Leduc en 2019 ont chamboulé ses plans. «J’ai toujours voulu participer aux Jeux olympiques de 2024 à Paris, mais j’ai connu ma meilleure saison à vie en 2019 et mes performances m’ont ouvert les portes pour les Jeux de Tokyo, a expliqué la championne canadienne junior en 2018 au 100m. On m’a invitée à un camp d’entraînement de l’équipe nationale et je fais maintenant partie du groupe d’athlètes dans lequel on pigera pour former l’équipe qui sera à Tokyo. D’un rêve au départ à un objectif ambitieux, ma participation aux Jeux olympiques est devenue un objectif réaliste.»

Pendant la pandémie, Leduc assure qu’elle n’a rien perdu de ses moyens. «Je suis aussi en forme que s’il n’y avait pas eu de pandémie et j’ai pu peaufiner et améliorer ma technique, a raconté la protégée de Fabrice Akué, entraîneur des sprinteurs du Rouge et Or de l’Université Laval. Depuis janvier, j’ai pu profiter d’une dérogation pour utiliser la salle d’entraînement du PEPS ainsi que la piste d’athlétisme. Je me considère choyée.»

Élue recrue par excellence au pays en athlétisme en 2020, Leduc a porté les couleurs du Canada au championnat NACAC des moins de 23 ans au Mexique en 2019, où elle a contribué à la médaille d’argent au 4X100m du relais canadien.

Quatre autres Québécoises ont été retenues pour le mondial de relais en Pologne. Il s’agit de Katherine Surin, de Micha Powell et d'Aiyanne Stiverne au 4X400m mixte et de Farah Jacques au 4X100m. Épreuve qui a vu le jour il y a deux ans, le 4X400m mixte fera ses débuts olympiques à Tokyo.

Chez les hommes, le triple médaillé olympique de Rio en 2016 Andre De Grasse brillera par son absence. Il souhaite se concentrer sur sa préparation olympique sur 100m et ne veut pas rater la naissance de son enfant, prévue tôt en mai.