/world/pacificasia
Navigation

La Chine, redoutable puissance scientifique

La Chine a injecté l’équivalent de 400 milliards $ US dans la recherche en 2020

Coup d'oeil sur cet article

NDLR : La Chine est-elle devenue un géant aux proportions qui devraient inquiéter l’humanité ? Dans une série d’analyses à lire jusqu’à lundi, notre chroniqueur et politologue expert de la Chine, Loïc Tassé, tente de répondre à cette question.


La Chine compte environ 2600 établissements universitaires qui abritent 32 millions d’étudiants. Même si toutes ces universités ne sont pas de calibre international, les investissements massifs que le gouvernement chinois a consentis en éducation supérieure et en recherche commencent à porter fruit.

• À lire aussi: Un empire de plus en plus inquiétant

• À lire aussi: Comment le Canada doit-il se comporter?

• À lire aussi: Les mensonges de la Chine sur la COVID-19

Il y a une quarantaine d’années, la Chine sortait péniblement de la Révolution culturelle. À peu près tous les établissements d’enseignement supérieur étaient demeurés fermés pendant 10 ans, en raison de la Révolution culturelle. 

À présent, plusieurs universités chinoises se classent parmi les meilleures universités au monde en science.

Investissements qui portent fruit

En 2020, le gouvernement chinois a injecté l’équivalent de 400 milliards $ US dans la recherche. Les investissements chinois en recherche portent des fruits.

Depuis 2019, la Chine est le pays qui dépose le plus de demandes de brevets, devant les États-Unis. Et l’écart se creuse. En 2020, 68 720 demandes de brevets internationaux provenaient de Chine, une hausse de 16 % sur l’année précédente. La même année, 59 230 brevets provenaient des États-Unis, une hausse de seulement 3 %.

Sous Xi Jinping, l’armée chinoise est devenue le maître d’œuvre de toute la recherche dans les domaines sensibles. Elle prend sous son aile toutes les recherches qui peuvent avoir un impact militaire.

Cette photo prise à Pékin, en Chine, le 24 septembre 2020, montre un ingénieur d’une usine de Sinovac qui avait été construite pour produire un vaccin contre la COVID-19.
Photo d'archives, AFP
Cette photo prise à Pékin, en Chine, le 24 septembre 2020, montre un ingénieur d’une usine de Sinovac qui avait été construite pour produire un vaccin contre la COVID-19.

D’ailleurs, les chercheurs chinois n’ont plus le droit de communiquer à leurs collègues étrangers des résultats de recherche qui pourraient affecter la sécurité nationale du pays. Autant dire que toute coopération dans les domaines sensibles est interdite.

Les États-Unis ne sont pas en reste. Depuis 2019, le Département de l’Énergie, qui coordonne aux États-Unis la recherche dans le domaine quantique, interdit aux organisations et aux entreprises avec lesquelles il fait affaire d’embaucher des employés chinois. La règle vaut aussi pour les sous-traitants des entreprises.

À la fine pointe de la recherche

La Chine talonne les États-Unis dans plusieurs domaines. Par exemple, elle envoie des missions sur la Lune et sur Mars et elle veut construire avec la Russie une base lunaire habitée au pôle Sud de la Lune. 

Mais elle est plus avancée que les États-Unis et que les autres puissances scientifiques dans de nombreux secteurs.

Par exemple, elle a réussi à transmettre des télécommunications quantiques par satellite. Elle a développé les ordinateurs quantiques les plus puissants. Elle est à la fine pointe du génie génétique.

Personne ne maîtrise mieux qu’elle l’ensemencement des nuages pour faire pleuvoir. Elle possède 312 des 500 ordinateurs les plus rapides au monde. Son prochain train Maglev pourrait atteindre plus de 800 km.

Ses chercheurs viennent de mettre au point un cœur artificiel à lévitation magnétique. Elle va entreprendre la construction du plus grand radiotélescope au monde. Ses chercheurs se penchent déjà sur la 6G, qui pourrait commencer à être implantée d’ici 2025. 

En plus de leurs formidables centres de recherche et de leurs installations qui sont parmi les plus modernes au monde, les chercheurs chinois disposent aussi d’un vaste réseau de contacts à travers le monde.

La Chine est en train de devenir le centre du monde scientifique. 

Un empire qui pollue encore beaucoup       

La Chine s’est donné comme objectif de devenir carboneutre d’ici 2060. Bien que la Chine réussisse en général à atteindre les objectifs qu’elle se fixe, il y a tout lieu de penser qu’elle ne parviendra pas à la carboneutralité à cette date.

Pourtant, la Chine a développé de manière formidable les énergies vertes. Elle est devenue le premier producteur d’énergies vertes au monde. Ses panneaux solaires, très bon marché et très efficaces, n’ont aucun rival dans le monde.

Et le président chinois a annoncé en 2020 que la Chine atteindrait son sommet d’émission de gaz à effet de serre un peu avant 2030. Peut-on le croire ?

Problème

Le problème est que les besoins énergétiques de la Chine continuent à croître très rapidement et que le charbon produit 58 % de l’énergie consommée en Chine. Cette consommation devrait augmenter de 21 % dans les prochaines années.

Pire, la Chine signe partout autour du monde des contrats de construction de centrales électriques au charbon.

La demande d’énergie en Chine devrait s’accroître à mesure que l’industrie automobile continuera à se développer ou que les changements climatiques et la hausse du niveau de vie des Chinois entraîneront une demande accrue en climatisation.

Il est possible que de nouvelles technologies de capture des gaz à effet de serre soient découvertes d’ici là. La Chine en aura bien besoin pour atteindre ses objectifs.

Dilemme

Mais ce qui motive les décisions des dirigeants chinois est surtout le dilemme dans lequel ils se trouvent : s’ils veulent demeurer au pouvoir, ils doivent augmenter le niveau de vie des Chinois moyens, donc développer l’économie.

Mais en même temps, ils doivent résoudre les problèmes criants de pollution en Chine.

En théorie, cela signifie produire plus en polluant moins. En pratique, il est plus facile d’augmenter la production et de promettre une réduction de la pollution à une date lointaine.

Notre dossier complet: