/news/transports
Navigation

Communauto ajoute près de 300 véhicules à sa flotte québécoise

Communauto ajoute près de 300 véhicules à sa flotte québécoise
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la pandémie de COVID-19, l’entreprise québécoise d’autopartage Communauto a annoncé jeudi l’ajout de près de 500 véhicules à sa flotte canadienne, dont 260 à Montréal et 20 à Québec. 

Parmi les nouveaux véhicules de la flotte montréalaise, 50 d’entre eux seront 100% électriques, affichant une autonomie de plus de 400 kilomètres. «Nous en aurions beaucoup plus si ce n'était de la difficulté pour les manufacturiers de nous les fournir», a indiqué par voie de communiqué Benoît Robert, président-directeur général de Communauto.

Après avoir connu un creux historique lorsque la planète est tombée sur «pause» en avril dernier, la demande a connu des sommets inégalés durant l'été. En effet, l'entreprise a carrément vu son nombre d'inscriptions doubler depuis le 1er juin comparativement à la même période en 2019. L’impact de la troisième vague est resté toutefois difficile à prévoir.

«Devant cette incertitude, nous avons fait de notre mieux pour tendre vers le meilleur équilibre possible entre la prudence qui doit orienter nos décisions et le besoin de disposer d'une offre suffisante pour répondre aux besoins essentiels de nos usagers», a soutenu M. Robert sur la situation.

Le mode FLEX sans réservation élargi

Pour la métropole, la flotte allouée au mode FLEX sans réservation aura 180 nouveaux véhicules qui s’y ajouteront. Le territoire de desserte sera d’ailleurs agrandi pour englober des secteurs des arrondissements de LaSalle et de Montréal-Nord. La zone de service sera également agrandie dans les secteurs de Cartierville et de Saint-Laurent. La Rive-Sud pourrait avoir des véhicules Flex prochainement.

Des véhicules «en station» plus spacieux

Nouveauté également cette année : le système de véhicules «en réservation» aura des véhicules offrant davantage d'espace. La proportion de ces modèles en station dépassera maintenant les 70%.

D’autres villes canadiennes verront l’apparition d’un nouveau réseau de stations Communauto. Après Edmonton, l'été dernier, ce sera au tour des villes de Toronto et de Calgary, cette année, de voir l'émergence d'un réseau de stations.

«Nous avons constaté, avec l’expérience, qu’il s’agit de la meilleure manière de répondre à l’ensemble des besoins de mobilité automobile de nos usagers et, les études le confirment, c’est aussi la façon la plus efficace d’optimiser les avantages environnementaux et urbanistiques de l’autopartage. C’est pourquoi nous travaillons très fort à tenter de déployer les deux services partout où il nous est possible de le faire», a expliqué Monsieur Robert.

À VOIR AUSSI | 10 métiers pour revenir en force après la pandémie