/sports/racing
Navigation

E-Prix de Dariya: un avant-goût ou un mirage?

E-Prix de Dariya: un avant-goût ou un mirage?
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Si l’on se fie aux deux premières courses, la saison de Formule E sera une bataille de tous les instants avec de nombreux candidats au titre. 

Depuis le début de la campagne, 15 des 24 pilotes ont obtenu au moins un point. Onze des 12 équipes ont réussi au moins un top 10. Cinq écuries se sont séparé les six places sur le podium depuis le début de la campagne. DS Techeetah, qui a remporté les trois derniers championnats des pilotes et les deux derniers chez les constructeurs, se retrouve actuellement au septième rang.

La situation se prolongera-t-elle tout au long de l’année ou les ténors habituels de la série retrouveront-ils leur aplomb?

«C’était la question qu’on se posait, tous les pilotes, a répondu Norman Nato, de l’écurie Venturi. Toute la saison sera-t-elle aussi serrée? Dans le passé, des écuries comme DS Techeetah, même si elles rataient les qualifications, elles étaient capables de gagner des courses. Mais là, clairement, elles n’ont pas été capables de remonter et tout le monde roulait un peu à la même vitesse.»

«Ça va être un championnat intéressant et d’après ce qu’on a pu comprendre, les qualifications auront un plus grand rôle que par le passé.»

Un cas unique?

La parité s’est en effet particulièrement fait sentir lors de la séance de qualification de la deuxième course. En effet, quatre des six pilotes ayant pris part à la Super Pole avaient conclu la première épreuve parmi les cinq derniers athlètes ayant terminé la course.

Edoardo Mortara, également de Venturi, lance toutefois un avertissement: les deux premières courses, disputées dans le désert, représenteront peut-être un épisode particulier en raison de la grande quantité de sable sur la piste.

En effet, les qualifications en FE se déroulent par petits groupes de cinq pilotes, les meneurs au championnat étant les premiers à s’élancer. Ainsi, au fur et à mesure que la séance progresse, les pilotes profitent d’une piste plus propre et peuvent conséquemment rouler plus vite.

«On peut constater que ça s’est un petit peu rapproché. Le niveau de performance de tous s’est rapproché, du moins après un week-end. Et évidemment, avec le format de qualification et la saleté de la piste à [Dariya], forcément, ç’a un peu redistribué les cartes. Et aussi, c’était une piste où ce n’était pas super simple de doubler. Donc, cela a favorisé le fait qu’on ne voit pas de grosses différences entre les équipes. Après je m’attends quand même à ce qu’il y ait des différences qu’on verra tout au long de l’année», a nuancé Mortara.

Par ailleurs, trois écuries, soit DS Techeetah, Nissan e.dams et Dragon Penske, ont choisi de repousser l’homologation de leur groupe motopropulseur, qui fera son entrée en Italie.

La FE avait permis plusieurs fenêtres d’homologation, puisque ce moteur sera celui utilisé jusqu’au terme de la saison 2021-2022. Au départ toutefois, les écuries concernées devaient disputer cinq courses avec leur ancien groupe motopropulseur, mais ce nombre a diminué à deux en raison des annulations causées par la pandémie de COVID-19.

«Je pense que ça leur permettra de faire un pas en avant, a dit Mortara. C’est sûrement une amélioration, ce qu’ils amènent. Après, c’est à voir; j’ai entendu des rumeurs comme quoi le groupe motopropulseur [de DS Techeetah] serait un peu une innovation et pourrait vraiment donner un avantage. Si ce n’est pas le cas, je ne pense pas que ça aura beaucoup d’impact.»

Top niveau

Aux yeux de Nato, il faut malgré tout souligner le niveau de compétitivité de plus en plus élevé de la FE, qui est, depuis le début de la campagne, devenu un championnat du monde. Ainsi, l’attrait, autant pour les constructeurs que les pilotes, augmente petit à petit.

«Toutes les équipes ont vraiment progressé. Toutes les équipes, petit à petit, prennent les meilleurs pilotes possible et on se retrouve dans un championnat, que ce soit pour les pilotes ou les ingénieurs, où tout est au niveau maximal. C’est pour ça que c’est super intéressant; entre la première journée et la deuxième, il y a eu des chamboulements. Il suffit que tu fasses une petite erreur et tu tues ta course», a analysé Nato.

-Les deux prochaines courses de FE auront lieu à Rome samedi et dimanche sur les ondes de TVA Sports.