/news/politics
Navigation

Le Bloc veut «maximiser» le potentiel forestier du Québec

Le Bloc veut «maximiser» le potentiel forestier du Québec
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois a dévoilé jeudi un ensemble de propositions pour «maximiser» le potentiel forestier du Québec, un plan qui pourrait créer plus de 16 000 emplois d’ici 2031, a soutenu le parti. 

Parmi les huit propositions mises de l’avant, le Bloc a suggéré la mise en œuvre d’une politique d’approvisionnement public favorisant les produits du bois en fonction d’une empreinte carbone qui serait prise en compte dans l’octroi de contrats.

Le parti souhaite aussi voir un réinvestissement massif du fédéral dans la recherche fondamentale et développement de l’industrie forestière, notamment dans les nouveaux produits comme les bioplastiques, les produits biochimiques et les biocarburants.

Ce plan servirait de levier pour la relance verte. Ottawa accorde en moyenne des subventions annuelles de près de 5 milliards $, selon l’Institut international de développement durable.

Malgré le fait que ces propositions ne soient pas chiffrées, le Bloc espère que l’argent investi dans ces suggestions serait puisé dans les fonds servant traditionnellement à l’industrie des combustibles fossiles.

«[Le bois] est un emblème du potentiel économique futur du Québec, dans un modèle qui n’est pas tributaire des hydrocarbures, qui n’est pas tributaire du pétrole, qui n’est pas tributaire du gaz, mais qui peut s’appuyer sur une ressource renouvelable», a soutenu le chef bloquiste, Yves-François Blanchet.

Celui-ci a expliqué en point de presse jeudi qu’il n’avait pas fait de ce plan vert une condition pour l’appui du Bloc québécois au prochain budget du gouvernement libéral, qui sera dévoilé le 19 avril prochain.