/news/politics
Navigation

Mélanie Joly codirigera la campagne du PLC

Mélanie Joly codirigera la campagne du PLC
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La ministre Mélanie Joly jouera un rôle important au sein du Parti libéral du Canada (PLC) lors de la prochaine campagne électorale fédérale. 

• À lire aussi: Deux sénatrices appuient le Revenu de base garanti

• À lire aussi: Propos «extrêmes» sur Israël: les conservateurs accusent un invité des libéraux

• À lire aussi: Slogan: les conservateurs veulent «agir pour le Québec»

• À lire aussi: NPD: une tournée virtuelle pour séduire les jeunes

La députée de Ahuntsic-Cartierville sera codirectrice de la campagne nationale du PLC.

«Mon objectif sera de motiver, mobiliser les troupes pour être en mesure d’être prêts pour les prochaines élections», a déclaré la ministre montréalaise en entrevue.

Mme Joly travaillera de concert avec Navdeep Bains, l’ex-ministre de l’Industrie, qui sera l’autre codirecteur de la campagne libérale.

M. Bains a annoncé cet hiver qu’il ne sera pas candidat au prochain scrutin.

Ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly est députée aux Communes depuis 2015. Elle fut réélue aux dernières élections avec 52% des votes dans Ahuntsic-Cartierville.

«Pour nous, le Parti libéral, c’est le parti qui donne le vrai pouvoir aux Québécois à Ottawa, et c’est ça sur quoi on va se concentrer», dit la ministre, laissant ainsi présager un des thèmes de la prochaine campagne des libéraux fédéraux au Québec.

Cette nomination survient alors que le congrès du Parti libéral se déroule de façon virtuelle depuis jeudi soir.

Une grande partie du congrès est consacrée à la préparation électorale, alors qu’un appel aux urnes est fort probable d’ici la fin de 2021.

À l’instar des partis d’opposition, les libéraux disent ne pas souhaiter d’élections ce printemps, affirmant que la priorité est la lutte à la pandémie.

Le budget fédéral, qui sera présenté le 19 avril, fera toutefois l’objet d’un vote de confiance aux Communes.

Ce budget devra être appuyé par au moins un des trois principaux partis d’opposition pour éviter de plonger le pays en campagne électorale.