/news/currentevents
Navigation

Consultation illégale des dossiers médicaux: la mère des fillettes Carpentier demande une enquête

Coup d'oeil sur cet article

La mère de Norah et Romy Carpentier, assassinées par leur père l’été dernier, a demandé vendredi à six ordres professionnels d’enquêter sur leurs membres qui ont « consulté illégalement » les dossiers médicaux de sa famille l’automne dernier.

• À lire aussi: J.E: la mère des fillettes Carpentier s'interroge sur le travail des policiers

• À lire aussi: Escouades spécialisées: beaucoup d'attentes sur la réforme de la police

En octobre, Amélie Lemieux et son avocat, Maxime Roy, ont été convoqués par le CISSS de Chaudière-Appalaches car beaucoup de « mouvements » avaient été captés concernant la consultation des dossiers médicaux de la famille Carpentier. 

D’après Me Roy, l’enquête menée par le CISSS a conclu que « plusieurs dizaines d’employés, presque une centaine » avaient accédé illégalement à ces informations confidentielles dans la foulée du drame de Saint-Apollinaire. 

Des demandes d’accès à l’information ont permis à Mme Lemieux et son avocat d’obtenir une liste des personnes concernées, ainsi que leur profession.

« Dévastée » 

Une lettre a donc été envoyée vendredi matin aux six ordres professionnels dont les membres ont eu des écarts de conduite pour leur demander de faire une enquête de nature déontologique.

Les ordres des infirmiers, des infirmiers auxiliaires, des psychoéducateurs, des psychologues, des ergothérapeutes, ainsi que celui des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux sont tous visés par cette demande. 

« Elle était déjà pointée du doigt à l’épicerie parce qu’elle était la mère [des fillettes] », explique l’avocat de Mme Lemieux. 

« D’apprendre que des gens étaient allés fouiller de manière intime dans sa vie, alors qu’elle tentait de se reconstruire, honnêtement, ça l’a dévastée », poursuit-il. 

Secret professionnel 

Me Roy souligne que le Collège des médecins n’a pas été saisi par la demande d’enquête puisqu’ils ont visiblement respecté leur politique de confidentialité. 

« Les autres professionnels qui gravitent dans le monde médical doivent réaliser qu’ils sont autant liés au secret professionnel qu’un médecin. » 

« Si ces travailleurs-là [ont consulté des dossiers illégalement] pour Amélie Lemieux, ils l’ont fait dans d’autres cas, c’est évident », affirme l’avocat. 

Cette demande d’enquête n’a pas été faite dans le but de congédier les personnes fautives, mais plutôt de comprendre ce qui a pu les pousser à commettre cet impair, d’après Me Roy. 

Rappelons que la petite famille de Lévis est devenue le centre d’attention de la province en juillet, lors du déclenchement d’une alerte Amber qui s’est conclue par la découverte des corps des deux fillettes et du père, qui s’est enlevé la vie.

- Avec la collaboration de TVA Nouvelles