/opinion/columnists
Navigation

Une statue de Greta Thunberg: quelle idiotie!

Une statue de Greta Thunberg: quelle idiotie!
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au registre des imbécillités woke, je pensais avoir tout vu. Mais l’Université de Winchester, en Angleterre, a prouvé que la bêtise est insondable. Le 30 mars dernier, cet établissement a inauguré la statue de bronze, grandeur nature, de la célébrissime Greta Thunberg.

Or, une statue est bien plus qu’une œuvre d’art. C’est un moyen pour honorer et immortaliser une personne, un événement ou une idéologie. 

Pourquoi ?

La question est donc incontournable : qu’est-ce que la statue de l’adolescente suédoise célèbre ? 

Greta Thunberg est une militante écologiste. La cause est noble. Mais encore ?

Elle a abandonné l’école à 15 ans pour protester devant le Parlement suédois. Elle a inspiré plusieurs grèves scolaires pour le climat. Et a été invitée à prononcer des discours, généralement extrémistes et acrimonieux, devant quelques instances politiques. 

En revanche, elle n’a aucune connaissance particulière. Elle n’a rien inventé ni révolutionné, ne propose rien de novateur et ne possède aucune expérience dont la cause pourrait bénéficier. Sa pensée est panurgique. Et il suffit d’écouter ses entrevues pour constater qu’elle fait une lamentable porte-parole. 

En fait, la statue de Thunberg symbolise toutes les dérives de la société contemporaine.

Une société qui ne glorifie pas le savoir, mais l’ignorance. 

Une société qui ne récompense pas les réalisations, mais les émotions débridées. 

Une société où l’inexpérience l’emporte sur l’expertise. 

Une société où la vacuité intellectuelle ostentatoire surclasse l’acuité. 

Quand l’idiocratie remplace la méritocratie, il devient logique qu’une université honore une figure emblématique du néant plutôt que les accomplissements de son plus célèbre diplômé. Toutefois, c’est de mauvais augure pour l’avenir.

Privilège

La meute woke adore dénoncer le « privilège blanc » et déboulonner les statues de personnages maintenant accusés d’esclavagisme. La Suède a été coupable d’esclavagisme jusqu’en 1847. Pourtant, les « éveillés » restent bien silencieux devant le privilège injustifié accordé à une adolescente suédoise blanche. Ah ! Incohérence, quand tu nous tiens !