/investigations
Navigation

L’argent circulait bien dans le clan Desjardins

Son entreprise transigeait quand le caïd était en prison

Raynald Desjardins
Photo Agence QMI Raynald Desjardins, criminel.

Coup d'oeil sur cet article

L’argent a continué de couler à flots pour des compagnies que contrôlait le caïd Raynald Desjardins, même après son incarcération. Son entreprise, qui a attiré l’attention de la commission Charbonneau, a fait des millions en revendant des terrains dans l’est de Montréal.

• À lire aussi: Le caïd Desjardins pourra retourner directement à la maison

De 2008 à 2015, le Groupe Samara inc. a vendu pour 29,2 M$ de maisons et de condos à Montréal. Ces transactions se sont poursuivies bien après l’arrestation de Desjardins pour avoir comploté l’assassinat de son rival Salvatore Montagna, fin 2011.

L’influent gangster québécois doit sortir de prison le 19 avril pour aller purger le dernier tiers de sa peine de prison chez lui.

À l’époque de ces transactions immobilières, Samara était administrée par l’associé de Desjardins, Claude Chagnon, et la conjointe du caïd, Vicky Roy. 

Les procureurs de la commission Charbonneau ont souligné en 2013 et 2014 que l’entreprise était en fait sous le contrôle du caïd.

À partir de 2009, Radio-Canada a aussi publié des reportages associant la compagnie à Raynald Desjardins.

Maisons et condos

Entre 2008 et 2014, l’entreprise du clan Desjardins a notamment acheté pour près de 5 M$ de terrains dans le quartier Rivière-des-Prairies, selon la recension de notre Bureau d’enquête. 

Elle y a ensuite construit des maisons, rues Panis-Charles, Pierre-Louis Panet et Henri-Christophe.

À l’époque, le caïd avait déjà purgé une longue peine de prison pour complot d’importation de cocaïne.

En 2015, une autre compagnie contrôlée par Vicky Roy a aussi vendu un terrain de la rue Sherbrooke Est et des plans pour le projet de condos Sherby, pour plus d’un million de dollars.

En 2016, notre Bureau d’enquête rapportait que le clan Desjardins était resté très proche de ce projet. Le nouveau propriétaire devait lui rembourser une balance de prix de vente et la fille de Desjardins, Vanessa, devait écouler les unités comme courtière.

Dans les terres agricoles

Encore aujourd’hui, Desjardins détient des participations dans des lots d’une valeur de plus de 2 M$ par le biais de Placements Manchester Brighton. Cette compagnie possède des participations dans des terrains avec certains partenaires proches du crime organisé.

Ils possèdent notamment plusieurs terrains à Pierrefonds, près du Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme. En 2015, le quotidien The Gazette révélait que la Ville de Mont-réal avait négocié sans succès avec les propriétaires pour mettre la main sur leurs terrains afin d’agrandir cet espace vert.

À Saint-Basile-le-Grand et à Sainte-Julie en Montérégie, Manchester Brighton et ses partenaires détiennent ensemble près de 40 hectares de terres agricoles.