/investigations/truth
Navigation

Le Canada, pas le seul à reporter la deuxième dose

Erin O'Toole
Photo Marc DesRosiers Erin O'Toole
Le chef du parti Conservateur du Canada

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Mardi, le chef du Parti conservateur Erin O’Toole a reproché au gouvernement Trudeau sa stratégie de vaccination, notamment en ce qui concerne le report de la seconde dose des vaccins anti-COVID-19. « Le Canada est le seul pays qui ne respecte pas le régime d’administration du vaccin de Pfizer », s’est indigné M. O’Toole, en anglais, lors d’une conférence de presse.

LES FAITS

Le Canada est loin d’être le seul pays à repousser la seconde dose de Pfizer à plus de trois semaines, soit le délai prescrit par le fabricant. Dès décembre, les autorités de santé du Royaume-Uni ont annoncé que la deuxième dose pouvait être administrée jusqu’à 12 semaines après la première. Le mois dernier, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé que la seconde dose pouvait être donnée six semaines après la première pour « donner à plus de gens leur première dose plus rapidement ». Au Danemark, l’écart maximum est également fixé à six semaines. Notons qu’au Canada, le Comité consultatif national de l’immunisation a indiqué que l’intervalle entre les deux doses de vaccin pouvait s’étendre jusqu’à quatre mois. Invité à commenter, un attaché de presse du Parti conservateur a reconnu que M. O’Toole s’était trompé. Il aurait dû dire que le Canada est le pays qui permet le plus long délai.

–Pascal Dugas Bourdon

 

Les chiffres de la semaine: 410 170 000

C’est le nombre de personnes qui ont reçu au moins une dose du vaccin contre la COVID-19 dans le monde en date de vendredi. Cela représente 5,3 % de la population mondiale, soit environ 1 personne sur 20, selon les données du site Our World in Data. 

C’est l’équivalent de la population des États-Unis, de la France, du Québec et de la Nouvelle-Zélande qui aurait été vaccinée.  

Ce sont d’ailleurs nos voisins américains qui sont les plus nombreux à avoir reçu au moins une dose, soit 112 millions, ce qui représente 33,5 % de la population. C’est toutefois Israël qui mène la course avec 61 % de ses citoyens ayant eu au moins une dose parmi les pays de plus d’un million d’habitants. Au Canada, cette proportion s’élève à 17,2 %.

–Sarah Daoust-Braun