/misc
Navigation

Les Québécois sont vraiment tannés

Les Québécois sont vraiment tannés
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

«J’attendrai le temps qu’il faudra.» «La science a fait son travail, c’est à nous à se faire vacciner maintenant.» «Je suis tellement content.» Voici ce qu’on pouvait entendre, jeudi, parmi ceux et celles qui ont reçu le vaccin AstraZeneca.

À la surprise de plusieurs observateurs et politiciens, les Québécoises et les Québécois se sont rués vers ce vaccin qui a eu mauvaise presse dernièrement. 

Pourquoi cette ruée? Parce que les Québécois sont vraiment tannés de la pandémie. 

Le monde attire le monde

Les images que nous avons vues, jeudi, de l’engouement pour la vaccination aura un impact très important sur la suite de la vaccination au Québec. 

Cet engouement est aussi le fruit de l’entraide qu’on sent à l’heure actuelle quand où on voit les plus jeunes aider les plus vieux à prendre leur rendez-vous sur Clic Santé. On voit sur les médias sociaux que les gens se partagent l’information quand une nouvelle catégorie d’âge est admissible à la vaccination. 

Ainsi, ceux et celles qui étaient réticents envers la vaccination en générale ou envers le vaccin AstraZeneca seront sans doute rassurés de voir autant de Québécois dire oui à ce vaccin. 

Comme le monde attire le monde, il y a fort à parier que la prise de rendez-vous va s’accélérer dans les prochains jours. Il serait surprenant de voir des personnes ne pas se présenter à leur rendez-vous comme ce fut le cas lors de la fin de semaine pascale. 

Bâtir le tunnel

«On voit enfin la lumière au bout du tunnel» est l’une des expressions favorites de politiciens autant à Québec qu’à Ottawa, surtout depuis qu’ils ont promis une première dose de vaccin pour tout le monde au cours des prochaines semaines.

Ils ont raison que la vaccination est la lumière, qui nous permettra de revenir à une vie normale. Cependant, le tunnel se construit lentement un vaccin à la fois.  

Le Québec a connu sa meilleure journée de vaccination, jeudi, avec 69 148 doses administrées. Par contre, selon les derniers chiffres du gouvernement, 603 346 doses ont été reçues et non administrées au Québec. 

Ainsi, pendant que le gouvernement impose à nouveau des mesures de confinement aux quatre coins du Québec, on a le droit de se demander s’il y a des vaccins qui dorment dans les congélateurs. 

En février quand on manquait de vaccins, le ministre de la Santé, Christian Dubé, tapait du pied. Il disait : «C’est un peu comme si on avait une voiture neuve, bien réglée, puissante, solide, mais qu’on n’avait pas d’essence.» 

Aujourd’hui, l’essence est là, M. Dubé ne doit pas avoir peur de continuer à peser sur l’accélérateur.  

Car, très bientôt, les nouveaux vaccinés demanderont d’être déconfinés.