/news/society
Navigation

Michel Girouard: un modèle positif pour la communauté LGBTQ+ québécoise

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce du décès du journaliste culturel Michel Girouard, vendredi soir, a suscité une vague de réactions au Québec, et plus particulièrement dans la communauté LGBTQ+, pour qui il représentait un précurseur et un modèle positif.

• À lire aussi: Le journaliste culturel Michel Girouard est décédé

«Michel Girouard, c’était vraiment un modèle positif parce que c’était ce qui nous manquait beaucoup dans les communautés LGBTQ+, des modèles de réussite et de succès», a souligné samedi Pascal Vaillancourt, directeur général de l’organisme Interligne.

Le journaliste a été l’un des premiers au Québec à afficher publiquement son homosexualité lors de l’annonce de son mariage avec le pianiste Réjean Tremblay en 1972.

Une cérémonie qui avait alors fait scandale aux États-Unis et en Europe, plus de 30 ans avant la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe au Canada.

«Ce devait être un mariage religieux, mais finalement, ça s’était rendu jusqu’à Rome et l’Église l’a interdit. Alors, on s’est mariés symboliquement. C’est sûr que les journaux européens en ont beaucoup parlé», avait notamment témoigné Michel Girouard lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal en 2019.

À l’époque, la cause LGBTQ+ était un mouvement très récent dans la province et les groupes de défense n’existaient pas encore.

«C’était un précurseur parce que [son coming out] est arrivé trois ans après la décriminalisation de l’homosexualité. [...] Au Québec, l’acceptabilité sociale n’était pas au rendez-vous, c’était encore des réalités très inconnues», a expliqué M. Vaillancourt.

L’union de Michel Girouard avec le pianiste Réjean Tremblay a duré trois ans. Il a par la suite fréquenté pendant de nombreuses années le prince Egon von Fürstenberg, un styliste familier du jet-set international.

Denis Lévesque, qui aimait bien Michel Girouard, l'invitait souvent à son émission. «De ses 20 ans à ses 55 ans, c’était son ami [le prince], et ça lui a permis de côtoyer les plus grands. Michel Girouard connaissait Dali, il connaissait Versace, il connaissait Warhol, il avait eu des relations avec Klein, vraiment, c’était une vie parallèle qu’on connaissait moins», a raconté l’animateur en entrevue à LCN samedi après-midi.

Michel Girouard avait par ailleurs reçu beaucoup de soutien du côté familial, qui avait très bien accepté son coming out.

«J’étais né homosexuel, comme on naît avec les yeux bleus et il n’y avait rien à dire», avait-il résumé en 2019.

Un modèle qui a donc eu beaucoup d’impact dans la naissance des droits LGBTQ+ au Québec, selon le directeur général d’Interligne.

«Ça a donné le courage à d’autres personnes de sortir, de dire "si lui peut le faire, moi aussi".»

Michel Girouard s’est éteint vendredi matin à l’âge de 76 ans, des suites d’une longue maladie. Icône marquante du vedettariat québécois, ce dernier a couvert pendant de nombreuses années les manchettes culturelles à la radio, à la télévision et dans la presse écrite.