/sports/golf
Navigation

Tournoi des Maîtres: trou d’un coup historique

GLF-MAJ-SPO-UMG-THE-MASTERS---ROUND-THREE
Photo AFP Le Canadien Corey Conners va sûrement conserver dans sa collection cette balle après avoir réalisé un trou d’un coup au Tournoi des Maîtres, hier, à Augusta.

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Il y a très, très, très longtemps qu’un Canadien n’avait pas réussi un trou d’un coup au Tournoi des Maîtres. En fait, 87 ans ! Corey Conners a réalisé un rare exploit, hier.

• À lire aussi: Tournoi des Maîtres: Schauffele attend son moment

Avec son fer 8 depuis le tertre surélevé de « Juniper », ce sixième trou long de 182 verges, l’Ontarien de 29 ans a vu sa balle disparaître au fond de la coupe. D’ordinaire peu expressif, il a brandi le poing en claquant la main de son compagnon de jeu, Collin Morikawa, venu le féliciter sous les applaudissements des spectateurs. Cet unique rugissement de la foule a résonné à travers les pins de la Géorgie. 

« J’avais vu plusieurs coups s’approcher de cette position de drapeau. Quand j’ai frappé, je sentais que le vent n’affectait pas autant la balle que je ne l’avais anticipé. Heureusement, elle a franchi la distance en survolant de justesse la fosse, a raconté celui qui a inscrit le sixième trou d’un coup de l’histoire à cet endroit. Je l’ai vue approcher du drapeau et frapper la tige en plein centre. C’était un moment très spécial. »

Édition inaugurale

Le seul Canadien à s’être ainsi démarqué sur le parcours de l’Augusta National fut l’amateur Ross « Sandy » Somerville. Il avait inscrit le premier trou d’un coup de l’histoire lors de l’édition inaugurale du Tournoi des Maîtres en 1934. 

Le golfeur de London, en Ontario, avait réalisé son as au 16e fanion à l’aide de son « Mashie Niblick », un bâton de bois de l’époque qui était souvent gossé par le golfeur lui-même. Selon les livres d’histoire, ce bâton ressemblait à ce qui est aujourd’hui un fer 7. 

Vaisselier du Masters

Retour à Conners. Après ce coup parfait au sixième fanion, il a aussitôt enchaîné avec un oiselet au septième en drainant une bombe de 40 pieds avec son fer droit. Ce fut l’un des deux moineaux de la journée à cet endroit surnommé « Pampas ». Il a terminé la journée avec une carte de 68 (-4). 

Jumelé à son aigle au 13e fanion vendredi, Conners rentrera à son domicile de la Floride avec des paquets supplémentaires. 

Un aigle permet de repartir d’Augusta avec une paire de verres en cristal tandis qu’un trou d’un coup vaut un grand bol en cristal à l’effigie du prestigieux club. Cette tradition d’octroyer des trophées pour récompenser des coups d’éclat avait été instaurée en 1954. 

Le vaisselier de Conners sera rempli puisqu’à ses trois passages précédents avant la présente édition, il avait réussi deux aigles et la meilleure ronde de la deuxième journée en novembre dernier. Il agrandit ainsi sa collection à six verres de cristal, un vase et un grand bol. Parfait pour souligner une grande soirée entre amis ! 

« J’espère que je vais pouvoir continuer à agrandir ma collection, a plaisanté celui qui attend encore le vase de cristal gagné en novembre. Ce sont de précieux cadeaux très importants pour moi. »

C’était le second trou d’un coup de Conners chez les pros. Son premier est encore tout récent. Il l’avait réussi à la fin août 2020 lors du Championnat BMW, à Olympia Fields. Il a raconté que celui d’hier était son 10e à vie alors qu’il avait vécu ce moment pour la première fois à l’âge d’environ 14 ans.