/opinion/columnists
Navigation

Voulez-vivre le cauchemar de l’Ontario?

Coup d'oeil sur cet article

Je me demande jusqu’où les irresponsables qui minimisent la pandémie (les antimasques, les anticonsignes, ceux qui ont appuyé à coups de « Bravo ! Vas-y ! On est avec toi ! » le propriétaire du Mega Fitness Gym, par exemple) vont aller dans leur délire...

À partir de quel point vont-ils commencer par se dire : « Ouf, ça commence à être sérieux » ?

Ça prend combien de gens à l’hôpital pour qu’ils allument ? Combien de cas par jour ?

C’est quoi, pour eux, le seuil acceptable de morts par jour ?

J’aimerais qu’ils nous le disent... 

ONTARIO, ZONE BRUNE

En Ontario, le système de santé est en train de péter au frette. Le gouvernement provincial, là-bas, demande aux hôpitaux de cesser à partir de lundi de faire des opérations chirurgicales non essentielles.

Tu attends depuis des mois pour te faire remplacer un genou ou une hanche ?

Désolé, tu n’es plus sur la liste de nos priorités.

Ce n’est pas au Burkina Faso ou au Brésil, ça.

C’est en Ontario. 

Ils sont dans la chnoute jusqu’au cou. 

Il va falloir se rendre là pour que nos anticonsignes qui n’arrêtent pas de crier « Libaaaaaarté ! » à tout bout de champ commencent à changer de disque ? 

« Oui, mais plus il y a de gens qui attrapent la COVID, plus vite on va atteindre l’immunité collective », m’a dit un « COVID-sceptique », l’autre jour.

Euh, c’est parce que... Plus il y a de gens qui attrapent la COVID, plus il va y avoir d’hospitalisations et plus il va y avoir de morts. 

Pas besoin d’être Einstein pour comprendre ça, c’est mathématique.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Augmentation du nombre de cas = augmentation du nombre d’hospitalisations et augmentation du nombre de décès.

Tous les spécialistes vont vous le dire.

(Par spécialiste, j’entends quelqu’un qui a étudié en immunologie, pas votre voisin qui vend des tondeuses et qui a vu une vidéo très intéressante sur Facebook l’autre jour...) 

Combien de personnes ces gens-là sont-ils prêts à laisser mourir pour qu’on atteigne l’immunité collective et qu’ils puissent ainsi se remettre à fréquenter leur bar favori en toute quiétude ?

Cinq mille ? Cinquante mille ?

Si je comprends bien, c’est une bonne nouvelle que le nombre de cas et de décès augmente, parce que ça va nous permettre d’atteindre l’immunité collective plus vite !

Tu parles d’une logique, toi !

« Oui, madame Boulanger, je sais, votre frère est mort de la COVID, c’est bien triste. Mais voyez le bon côté des choses : ça va permettre à des centaines de milliers de personnes de retourner manger des ailes de poulet à la Cage aux Sports.

« Au moins, vous pourrez vous dire que votre frère n’est pas mort pour rien... » 

C’EST PAS SORCIER

Il y a une façon d’atteindre l’immunité collective : vacciner le plus de gens possible.

D’ici à ce qu’on atteigne cette masse critique de gens vaccinés (Anthony Fauci parle de 80 % de la population, l’Institut Pasteur de 90 %), il faut redoubler de prudence. 

Sinon, on va se retrouver comme en Ontario. 

C’est pas sorcier. Même un enfant de 7 ans pourrait comprendre ça. 

Vous voulez manifester ? Manifestez pour qu’on accélère le rythme de vaccination !