/news/politics
Navigation

900 000$ pour financer le corridor maritime intelligent du Saint-Laurent

Coup d'oeil sur cet article

Devant l'inaction du fédéral, le gouvernement Legault a décidé de ne plus attendre et de financer le projet de système d'information maritime, a appris TVA Nouvelles. Ce système doit notamment permettre d'optimiser la gestion des ports du Québec.

Depuis 10 ans, Ottawa ne compile plus les informations sur les mouvements des navires sur le Saint-Laurent et les Grands Lacs.

Après deux ans de négociations, la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, a allongé 900 000 des 1,2 M$ que nécessitait la phase deux du projet.

«Il [le fédéral] a un rôle à jouer là-dedans et puis je vais continuer à le talonner», a souligné la ministre du gouvernement Legault, qui a ajouté que le corridor intelligent du Saint-Laurent va aider à la relance économique.

«Ne pas le faire, c’est vrai que c’est un frein. Le faire, c’est un plus, c’est une nécessité pour notre économie du Québec», a-t-elle affirmé.

Même son de cloche du PDG de la Société de développement économique du Saint-Laurent, Mathieu St-Pierre.

«C’est une opportunité qui se présentait à nous avec la relance post pandémique que le gouvernement prépare, a-t-il souligné. Le Système d’information maritime permettra de donner en temps réel des informations aux gestionnaires des vingt ports québécois.»

«C’est une meilleure connaissance de l’origine et de la destination des navires, c’est une meilleure connaissance de ce qui est transporté à bord des navires, c’est une meilleure connaissance des espaces utilisés à quai et toutes ces données nous permettent d’intégrer l’intelligence artificielle afin d’optimiser l’ensemble de la chaîne logistique», a-t-il poursuivi.

«Les données sont la clé dans notre industrie, a ajouté le PDG du Port de Québec, Mario Girard. On s’en va dans un univers qui va nous permettre d’améliorer le bilan énergétique aussi: c’est moins de temps d’attente, moins de camions et une meilleure gestion du transport ferroviaire.»

Le système leur permettra aussi d’aller chercher plus rapidement les conteneurs prioritaires sur un navire, comme ceux qui contiennent des produits pharmaceutiques ou alimentaires.

Près de 80% des marchandises qui entrent ou sortent du pays sont transportées par bateau. On évalue que 110 millions de tonnes transbordent en moyenne annuellement, pour des retombées économiques de plus de 2,3 G$.

«J’invite le gouvernement fédéral à participer aux autres activités qu’on va mettre en place dans ce corridor économique intelligent», a conclu la ministre Rouleau, puisque les données du corridor intelligent pourraient également servir aux ports situés sur les Grands Lacs.