/news/politics
Navigation

Le PQ lance une pétition pour une enquête publique sur la pandémie

Le parti veut notamment faire la lumière sur l’incohérence des mesures sanitaires

pétition enquête Parti Québécois
Photo courtoisie Le Parti québécois espère que sa pétition poussera le gouvernement Legault à imiter l’Ontario et à lancer une véritable enquête publique indépendante sur sa gestion de la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait des demandes répétées pour une commission d’enquête publique et indépendante sur la gestion de la pandémie qui n’a toujours pas vu le jour, le Parti québécois (PQ) lance aujourd’hui une pétition pour faire pression sur le gouvernement. 

« Tout le monde s’entend pour dire qu’on doit en tenir une, exactement comme ce que l’Ontario a décidé de faire. Or, le gouvernement du Québec s’entête pour ne pas aller de l’avant », affirme le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon.

Le gouvernement caquiste a donné ce mandat à la Commissaire à la santé et au bien-être du Québec.

Mais cette proposition du gouvernement Legault est qualifiée de « simulacre d’enquête » par M. St-Pierre Plamondon puisque la Commissaire est une employée de l’État et n’est donc pas indépendante.

« Ça dénote des enjeux de rigueur et d’objectivité », lance le chef du PQ. 

Ce dernier souligne que cette enquête n’a pas pour but de trouver des coupables, mais plutôt de mieux comprendre ce qui a dérapé, pour « mieux servir les prochaines générations qui devront faire face à une éventuelle crise ». 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Nombreux dossiers  

Par ailleurs, on veut aussi éviter que l’enquête demandée se transforme en spectacle télévisé, « comme la commission Charbonneau », par exemple, en s’inspirant plutôt de la « sobriété du processus judiciaire ». 

Parmi les nombreux aspects sur lesquels le Parti québécois aimerait qu’on fasse enquête, on retrouve notamment la mobilité de la main-d’œuvre dans le réseau de la santé, la non-divulgation des avis de la Santé publique et le manque de cohérence dans les mesures sanitaires. 

Les problèmes dans les programmes d’aide financière, le délestage des activités cliniques et l’octroi sans appel d’offres de 3,8 milliards de dollars en contrats d’équipements médicaux à des entreprises sans expérience sont aussi mentionnés dans la pétition.


♦ La pétition peut être consultée sur le site web enquete-publique.quebec.