/news/politics
Navigation

Sue Montgomery: l’audience suspendue après quelques minutes

Sue Montgomery: l’audience suspendue après quelques minutes
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Après des mois d’attente, la Commission municipale du Québec devait enfin commencer à se pencher lundi matin sur le dossier de déontologie de la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery. Mais cela devra encore attendre, puisque les audiences ont été suspendues après quelques minutes.

• À lire aussi: Il démissionne du cabinet de Sue Montgomery pour préserver sa santé mentale

• À lire aussi: Un nouveau procès ordonné dans l'affaire de harcèlement de Sue Montgomery

Mme Montgomery doit s’expliquer devant la Commission municipale pour 23 manquements allégués au code de conduite des élus municipaux. On lui reproche notamment du harcèlement, des conflits d’intérêts et du partage d’informations confidentielles. 

Cela fait plus d’un an que le dossier est ouvert, qu'il est repoussé, notamment, car Mme Montgomery a tenté sans succès d’obtenir un arrêt des procédures. 

Il a été une fois de plus reporté, au premier jour des audiences, lundi.

L’avocat de Mme Montgomery, Éric Oliver, a demandé au juge Alain R. Roy de se récuser, puisqu’il a déjà travaillé à la Ville de Montréal. 

Le juge Roy a semblé prendre la défense par surprise en affirmant d’entrée de jeu qu’il avait été greffier de 2015 à 2017 dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. 

Me Oliver croit donc que la Commission municipale devrait envoyer le dossier à un autre juge. Cette question sera débattue mardi. 

Longue saga

La saga de la mairesse Sue Montgomery a commencé en janvier 2020. 

Notre Bureau d’enquête et TVA Nouvelles révélaient alors l’existence d’un rapport du contrôleur général de la Ville de Montréal sur le climat de travail dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. 

Selon le contrôleur Alain Bond, la directrice de cabinet de Mme Montgomery, Annalisa Harris, avait fait du harcèlement envers deux employés. 

La mairesse Montgomery a toujours nié les prétentions du contrôleur, ce qui lui a valu d’être expulsée du parti de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal.

Depuis, un climat toxique persiste à Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Mme Montgomery a suspendu à plusieurs reprises son directeur d’arrondissement, Stéphane Plante, aussitôt remis en poste par les autres élus.

Sue Montgomery arrive devant la Commission municipale du Québec avec en poche un gain en cour supérieure contre la Ville de Montréal, obtenu en décembre dernier. 

Selon le tribunal, le contrôleur général a agi de manière déraisonnable, en demandant notamment à Mme Harris de ne plus parler aux fonctionnaires. 

Le juge Bernard Synnott a également reproché au contrôleur Alain Bond de ne pas avoir remis une copie de son rapport à Sue Montgomery, comme elle l’exigeait, alors que deux employés du cabinet de Valérie Plante, quant à eux, ont pu le consulter.