/opinion/columnists
Navigation

Bienvenue au casino de Bougonland

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, comme Félix Séguin, Éric Thibault et Éric Yvan Lemay, du Bureau d’enquête, nous l’ont appris hier, la mafia et les Hells comptent ouvrir un casino à Kanesatake pour blanchir leur argent. 

Remarquez, d’un simple point de vue du business, ça fait sens.

Pourquoi laver ton argent dans les casinos des autres (et ainsi, leur laisser une partie de tes profits durement gagnés) quand tu peux le laver dans ton propre casino ?

C’est ce qu’on appelle l’intégration verticale. 

On n’est jamais si bien servi que par soi-même, comme dit le proverbe.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

CROSSEZ LOCAL !

Après le panier bleu, le panier brun.

« Bandits du Québec, encouragez les entreprises appartenant au crime organisé local ! »

Savez-vous ce qui est le plus déprimant dans cette histoire ?

Je suis sûr que le jour où ce casino
va ouvrir ses portes (si jamais il ouvre ses portes), les gens vont faire la queue et le stationnement va être plein !

Même si tout le monde sait que cette maison de jeu appartient au crime organisé !

« Ouan, de toute façon, le gouvernement, c’est toutes des crosseurs ! Tu ne penses pas que Loto-Québec fourre le monde, toi ? »

Et puis, on va probablement pouvoir fumer, dans ce casino.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et à côté, il y aura des cabanes qui vendront du pot aux mineurs.

Alors, allons-y en famille !

Les States ont Disneyland.

Nous, au Québec, on va avoir Bougonland !

Si ça continue, les Hells et la mafia vont reprendre l’ancien hymne du PQ composé par Stéphane Venne : « À partir d’aujourd’hui, demain nous appartient ! »

LA LOI DU SILENCE

Hier, à l’émission de Sophie Durocher, sur les ondes de QUB radio, le maire d’Oka, Pascal Quevillon, ne décolérait pas. 

« Ça fait des années qu’on sait que le crime organisé est très actif à Kanesatake. C’est dommage, mais c’est le résultat de l’inaction de nos gouvernements depuis plusieurs décennies. Moi, ça fait sept ans que je suis en poste à Oka, et ça fait sept ans que je déplore l’inaction du gouvernement sur ce qui se passe sur le territoire de Kanesatake. 

« On nous répond toujours la même chose quand on leur demande pourquoi ils n’interviennent pas : “On veut pas une autre crise d’Oka...” 

« La grande majorité des personnes qui vivent à Kanesatake sont en désaccord avec ce qui se passe sur leur territoire, mais les gens ne disent rien, car ils ont peur des représailles. 

« Il existe un véritable climat de terreur, là-bas. Rappelez-vous ce qui s’est passé en 2005, le feu dans la maison du grand chef, James Gabriel, et les policiers mohawks qui avaient été pris en otage dans le poste de police... 

« Moi-même, l’automne passé, j’ai été victime de vandalisme... »

ZONES DE NON-DROIT

Qu’on se le dise : la loi n’est pas la même pour tout le monde au Québec.

Il y a des zones de non-droit, où les criminels bafouent la loi au vu et au su des autorités, sans que la SQ lève le petit doigt. 

Les bandits ne sont pas fous : pourquoi ne profiteraient-ils pas de la situation ?

Quelque chose me dit que le couvre-feu n’est pas respecté sur ce territoire, qu’en pensez-vous ?