/misc
Navigation

Tout un coup de Radio-Canada

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous regardé Comment tu t’appelles ? Quel coup faramineux !

Quelle coïncidence aussi que Radio-Canada réussisse pareil coup de maître la semaine où commençait le Tournoi des maîtres à Atlanta ! Décidément, quand les planètes sont alignées... Depuis le temps qu’existe la télévision, pourquoi personne n’avait encore pensé à imaginer un concept à partir des prénoms ? C’est là qu’on est fier d’avoir une télévision publique créative et audacieuse.

Le concept de Comment tu t’appelles ? fera sûrement le tour du monde. Chaque pays comptant des milliers de prénoms genrés et non genrés, il faudra des décennies avant d’épuiser les possibilités du format. Ève Côté et Kevin Raphaël, les deux créateurs, méritent d’être intronisés au panthéon de la télé. Peut-être seront-ils même considérés pour le Nobel.  

Il y a quelques années, la comédie à succès, Le prénom, a fait rire Français et Québécois. Comment tu t’appelles ? dépasse de loin la pièce d’Alexandre de La Patellière et de Matthieu Delaporte. Elle joue sur toute la gamme des émotions humaines. 

FRANCE BEAUDOIN ENFIN LIBÉRÉE

Triturés par un Stéphane Bellavance­­­ obstiné et fort en gueule, les invités n’ont d’autre choix que de livrer leur substantifique moelle. Mercredi dernier, lors de la première émission, l’animatrice bien-aimée d’En direct de l’univers s’est livrée à une stupéfiante confidence : elle a longtemps détesté son prénom. 

Forts de cette ultime confidence, les recherchistes ont repéré une jeune fille nommée Irlande. Sa présence a eu sur madame Beaudoin un effet cathartique. En lui disant qu’elle aurait pu tout aussi bien être prénommée Pologne ou, pire encore, Canada, Irlande a provoqué chez France une véritable décharge émotionnelle libératrice. Un moment intense qui a dû secouer tous les Québécois qui en veulent à leurs parents pour leur prénom­­­.

UN JUMEAU « NÉ POUR LES PIÈCES » 

Après avoir longtemps souffert en silence du choix de son prénom, imaginez-vous que France Beaudoin a dû se résigner à prénommer, sans jamais l’avoir vue, la fillette qu’elle et son mari ont adoptée en Chine. Espérons que la petite ne souffre pas à son tour du syndrome qui a si longtemps hypothéqué sa célèbre maman. 

Rendons grâce aux concepteurs d’avoir eu la délicatesse de panser la vieille blessure de France en lui faisant rencontrer virtuellement une femme originaire des Îles-de-la-Madeleine. Celle-ci assume son prénom au point d’avoir appelé « Jackie et France », le restaurant qu’elle exploite à Verdun. Quelle émouvante rencontre !

Patrice Bélanger, notre humoriste le plus drôle depuis Donald Pilon, a fait crouler de rire le studio lorsqu’il a dit de ses jumeaux, Sam et Olivier, que le dernier est venu au monde « pour les pièces de rechange ». La blague est gore, mais étant jumeau moi-même, je crois aussi que mon frère est né pour les pièces de rechange. Merci, Patrice, de m’avoir fait comprendre l’animosité qu’il a parfois à mon égard. Cela dit, je sais qu’il pense que c’est moi qui suis né pour les pièces !

La diversité étant la priorité de Radio-Canada, Mohamed, prénom le plus courant dans le monde, sera sûrement parmi ceux retenus d’ici le 9 juin. C’est à cette date, hélas ! que prendra fin une émission qui élève à un sommet inégalé les variétés de Radio-Canada. Heureusement qu’il reste des milliers de prénoms à exploiter.

La télévision publique nous coûte un milliard et demi par an, mais c’est « réconfortant » de voir que Radio-Canada accepte humblement de diffuser une série que même la télévision communautaire hésiterait à mettre en ondes !