/investigations/justice
Navigation

Crime organisé: silence autour du projet de casino à Kanesatake

Québec et Ottawa ne commentent pas le projet lié au crime organisé

Capture d'écran
Capture d'écran, TVA Nouvelles Des pelles mécaniques étaient en action la semaine dernière sur le site du casino projeté à Kanesatake.

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités politiques, autant à Québec qu’à Ottawa, n’ont pas voulu commenter publiquement le projet de casino lié au crime organisé sur le territoire de Kanesatake.

• À lire aussi: Les Hells Angels et la mafia derrière un projet de casino à Kanesatake

Ni le ministre des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, ni la vice-première ministre et responsable de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, n’ont voulu parler, hier.

Notre Bureau d’enquête révélait qu’un projet de maison de jeu serait en voie d’être implanté sur les terres de la narcotrafiquante Sharon Simon. En plus de celle qu’on surnomme « la reine de Kanesatake », plusieurs figures bien connues du crime organisé seraient derrière le projet.

On trouve notamment les Hells Angels Martin Robert et Stéphane Plouffe en plus de deux des leaders de la mafia italienne, Stefano Sollecito et Leonardo Rizzuto.

Jeudi dernier, des pelles mécaniques s’affairaient à faire du déboisement et du déblayage sur le site situé sur la Simon Road. 

Capture d'écran
Capture d'écran TVA Nouvelles

Le grand chef, Serge Simon, a de nouveau refusé hier les demandes d’entrevue. La semaine dernière, il avait dit être au courant du projet, mais ne pas vouloir commenter pour l’instant.

Silence à Ottawa

Même chose du côté fédéral, où le bureau du ministre des Affaires autochtones, Marc Miller, n’a pas émis de commentaires.

La semaine dernière, le maire de la municipalité voisine d’Oka avait appelé les gouvernements à intervenir pour empêcher cette construction.

Il demandait également la constitution d’une équipe de policiers de type S.W.A.T. pour intervenir sur le territoire, dans sa municipalité et à Saint-Placide.  

Policiers aux aguets

Le projet de casino à Kanesatake inquiète également les autorités policières, qui craignent que le crime organisé ne s’en serve pour blanchir de l’argent.

Ce sujet a d’ailleurs été discuté récemment lors d’une réunion regroupant des hauts gradés et des enquêteurs membres des principales escouades de lutte au crime organisé québécois.

Les ministères de la Sécurité publique, autant à Québec qu’à Ottawa, auraient également été informés du dossier. 

-Avec Patrick Bellerose et Guillaume St-Pierre