/news
Navigation

Taxis Coop Québec est tournée vers l’avenir

Taxis Coop Québec est tournée vers l’avenir

Coup d'oeil sur cet article

Après 75 ans d’histoire, Taxis Coop Québec 525-5191 rafraîchit son image et se met à la page en effectuant la livraison de repas à domicile grâce à une entente avec l’entreprise québécoise UEAT.

• À lire aussi: Coup de pouce pour l’application Taxi Coop

• À lire aussi: Subvention de 113 000$ à Taxis Coop Québec

Le «5191» sera bien en évidence dans le nouveau visuel de la coopérative, où le jaune et le noir domineront pour se démarquer. 

La dernière année et demie n’a pas été de tout repos pour l’industrie. D’abord, il y a eu l’adoption de la loi 17, qui, entre autres, a permis à des compagnies comme UBER d’étendre leurs services dans la province. Ensuite, la pandémie a frappé.  

«Quand la pandémie est arrivée, on avait en moyenne entre 6000 et 8000 appels par jours. Présentement, une bonne journée, c’est environ 3000 appels. Ce n’est pas beaucoup. De plus, on n’a plus les pick-up des touristes. Aller à l’aéroport, c’est rendu très rare. Aller à la gare de train, c’est exceptionnel», a indiqué Luc Selesse, porte-parole de Taxis Coop Québec 525-5191. 

Face à ces enjeux, la coopérative, qui regroupe 448 membres, a dû se réinventer et trouver de nouveaux contrats. Elle a par exemple signé une entente avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale pour transporter des infirmières qui sont allées administrer des vaccins à domicile pour les personnes qui ne pouvaient pas se déplacer.  

«Nous avons aussi été appelés à offrir le service de transport pour les gens qui devaient se rendre à des centres de prélèvements et qui n’avaient pas de voiture ou pas de famille pour s’en occuper», a-t-il ajouté. 

De fil en aiguille, la coopérative a été mise en contact avec UEAT, une entreprise québécoise spécialisée dans les commandes en ligne pour les restaurants.  

«Taxis Coop est là depuis 75 ans et on ne regarde pas en arrière. On a décidé de regarder en avant et de continuer de foncer», a ajouté M. Selesse en précisant que la coopérative, pour soutenir ses membres durant la crise, avait diminué les contributions de plus de 60%. 

L’association avec UEAT sera pleinement effective dès que le pairage des technologies aura été effectué, au cours des prochaines semaines. À compter du 1er juin, les voitures de taxi devront être munies d’un système d’enregistrement des ventes, ce qui nécessite des ajustements.

En tout, une cinquantaine de véhicules sont prêts à effectuer la livraison de repas à domicile. 

«Il n’est pas impossible d’en ajouter en fonction de la demande», souligne M. Selesse.  

Tous ces changements s’inscrivent dans la volonté de la coopérative, de rajeunir son image.  

«Plusieurs personnes sont revenues vers le taxi et, parmi elles, il y a beaucoup de jeunes. On veut attirer l’attention avec une belle image, des voitures propres. On a refait notre site internet. On veut aller chercher la clientèle», a-t-il ajouté. 

L’application développée par la coopérative il y a quelques années, qui permet de commander un taxi en ligne et de payer à l’avance son déplacement, a fait boule de neige, puisque d’autres compagnies au Québec l’utilisent également.