/opinion/columnists
Navigation

Abolir la police, dernière lubie des Wokes

Coup d'oeil sur cet article

Après nous avoir dit que l’on peut être femme les jours pairs et homme les jours impairs, que les Blancs sont responsables de tous les maux de la terre et qu’il suffit de jeter la culture occidentale aux poubelles de l’Histoire pour transformer le monde en paradis, voici la dernière lubie des woke : abolir la police !

Car la police, voyez-vous, c’est l’autorité.

L’autorité, c’est le patriarcat. 

Le patriarcat, c’est l’homme blanc hétérosexuel.

L’homme blanc hétérosexuel, c’est le capitalisme.

Et le capitalisme, c’est la terreur, la violence et l’exploitation. 

Fa que.

  • Écoutez l'entrevue de Kim Gélinas, conjointe d'un policier, au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

BUGS BUNNY

Et par quoi va-t-on remplacer la police ?

Par des gens gentils. Qui vont cesser de considérer les bandits comme de méchantes personnes sans foi ni loi pour les prendre pour ce qu’ils sont vraiment, c’est-à-dire de pauvres victimes du capitalisme.

Donc, des hommes blancs hétérosexuels.

Donc, du patriarcat.

Etc. 

Et vu qu’on n’aura plus de police, on n’aura plus besoin de prison. 

Car la prison, on le sait, est une façon pour les adeptes du patriarcat capitaliste de s’assurer que leur système perdure en enfermant les révolutionnaires racisés qui veulent le foutre par terre afin de libérer les personnes marginalisées maintenues dans l’oppression par les hommes blancs hétérosexuels, etc.

C’est fou, je sais. 

Complètement cinglé. 

Une vision du monde tellement simpliste qu’elle ferait passer n’importe quel cartoon de Bugs Bunny pour L’Être et le néant de Jean-Paul Sartre. 

Mais que voulez-vous, c’est ce que croient les adeptes de la religion woke.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et c’est ce que des professeurs illuminés enseignent maintenant dans nos universités sous la sage gouverne de recteurs nourris au petit-lait du multiculturalisme et des droits individuels.  

Fa que (bis). 

UN PROJET-PILOTE

Message aux adeptes de l’abolition de la police...

Vous rêvez d’un monde où les bandits ne seraient plus embêtés par aucune figure d’autorité ?

Un conseil : allez vivre à Kanesatake­­­. 

En effet, là-bas, on a mis sur pied un projet-pilote révolutionnaire.

Le Canada est le premier État postnational ? Eh bien, Kanesatake est le premier État sans police !

La preuve : les Hells et la mafia sont en train d’y construire un casino pour blanchir leur argent, et les autorités policières de même que nos gouvernements ne font rien !

Rien de rien !

Pas un mot sur la game !

J’imagine qu’ils sont tout contents que des entrepreneurs financent à même leurs économies un projet qui donnera du travail aux habitants de la région !

Grâce à ces bienfaiteurs, des chômeurs désœuvrés pourront devenir revendeurs de drogues, pimps — ou, qui sait, trafiquants d’armes !

ON SE SERRE LES COUDES

Et la population de Kanesatake, dites-vous ? On ne la protège pas, on la livre pieds et mains liés à des criminels qui contrôleront leur territoire ?

Attention à ce que vous dites !

Primo, la mafia n’est pas un gang criminel, mais un organisme communautaire qui a permis à de pauvres immigrants italiens victimes de racisme de retrouver un peu de dignité et de respect.  

Et les Hells sont un groupe d’aide aux hommes ayant grandi dans des quartiers défavorisés aux prises avec diverses problématiques sociales. 

Entre victimes du capitalisme sauvage (immigrants, sous-prolétariat, autochtones), on s’entraide !