/news/coronavirus
Navigation

Ce qu'il faut savoir sur les effets secondaires des vaccins contre la COVID-19 autorisés au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Après celui d'AstraZeneca, au tour du vaccin américain de Johnson & Johnson d'être sous la loupe: aux États-Unis, une femme est morte d'une thrombose après qu'on le lui eut administré, et une autre se trouve dans un état critique. 

• À lire aussi: AstraZeneca et Johnson & Johnson: les adénovirus au centre des soupçons, voici ce que l'on sait

• À lire aussi: Effets secondaires liés aux vaccins : pas de panique

• À lire aussi: Est-ce enfin votre tour de vous faire vacciner?

Mardi dernier, la Food and Drug Administration (FDA) a conséquemment recommandé de suspendre son administration aux États-Unis.

Au total, six femmes âgées de 18 à 48 ans ont présenté, 6 à 13 jours après l’injection, des symptômes de thrombose cérébrale, conjugués avec une chute de leur niveau de plaquettes sanguines.   

  • Écoutez le virologue Benoit Barbeau faire le point sur les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson   

Après une rencontre mercredi, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), aux États-Unis, ont prolongé sa suspension d'au moins une semaine, puisqu'ils ont besoin de plus de temps pour évaluer ses liens possibles avec la formation de caillots sanguins.

Ce vaccin, aussi connu sous l'appellation Janssen, est l'un des quatre qui sont actuellement autorisés par Santé Canada. Mais qu'en est-il des risques liés aux vaccins d'AstraZeneca, de Moderna ou de Pfizer?

Voici ce que l'on sait, en date du 14 avril.

Pfizer/BioNTech – vaccin germano-américain  

AFP

Des réactions allergiques sévères ont été signalées pour ce vaccin, mais aucun autre symptôme grave n’y a été associé à ce jour. 

Il est efficace à 97% contre les formes symptomatiques et graves du virus, et à 94% contre les formes asymptomatiques, selon une étude en conditions réelles réalisée en Israël entre janvier et mars.

Au Canada, son administration est indiquée pour les personnes âgées de 16 ans et plus.

Or, de nouveaux essais cliniques de phase 3 démontrent qu'il serait 100% efficace chez les ados de 12 à 15 ans

À la lumière de ces résultats encourageants, Pfizer/BioNTech a demandé une extension de l'autorisation d'urgence de son vaccin en sol américain pour cette tranche d'âge.

AstraZeneca (Vaxzevria) – vaccin suédo-britannique         

AFP

Les récents déboires du vaccin, à propos de risques de caillots sanguins, sont bien connus.

Plusieurs cas ont été recensés à travers le monde après son administration, et il fait actuellement l'objet de révisions dans plusieurs pays.

Un premier cas non mortel de thrombose a d’ailleurs été détecté en sol québécois il y a quelques jours.

Mercredi, le Danemark est devenu le premier pays européen à renoncer complètement à son utilisation, malgré les propos rassurants de l'OMS et de l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Le gouvernement du Québec limite actuellement son utilisation aux gens âgés de 45 ans et plus. Des cliniques sans rendez-vous ont été mises sur pied afin d'écouler les doses d'AstraZeneca. Un franc succès, si l'on se fie aux files d'attente observables un peu partout au Québec. Depuis jeudi dernier, premier jour où il a été rendu disponible aux 55 ans et plus, 120 000 doses ont été données

«Les cas de thrombose [...] sont considérés comme une complication possible, mais demeurent très rares, soit environ 1 cas sur 100 000 vaccins administrés», a rassuré le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

De son côté, Santé Canada affirme que, «selon l’examen des données accessibles provenant de l’Europe et du Royaume-Uni et d’AstraZeneca, aucun facteur de risque [lié au vaccin d'AstraZeneca] n’a été cerné». Son utilisation ne sera donc pas limitée.

Le vaccin a montré une efficacité de 62% dans la prévention de la forme symptomatique de la COVID-19 deux semaines après l'administration de la deuxième dose, selon Santé Canada.

Moderna – vaccin américain         

AFP

Certaines personnes rapportent notamment des douleurs au point d'injection et de la fatigue, des effets secondaires «habituels associés aux vaccins», affirme Santé Canada.

À ce jour, aucune complication sévère n'a été liée à son administration.

Son efficacité chez les jeunes de moins de 18 ans n'ayant pas été prouvée, il est réservé aux adultes, chez qui son efficacité est de 94,1% deux semaines après l'administration de la deuxième dose.

Johnson & Johnson (Janssen) – vaccin américain         

AFP

En date du 14 avril, plus de 7 millions de doses de ce vaccin à dose unique ont été administrées aux États-Unis. Une femme de la Virginie est morte de complications, une autre, du Nebraska, est dans un état critique, et quatre autres ont déclaré des problèmes sérieux après avoir reçu leur dose.

Comme énoncé plus haut, son administration est suspendue.

En attente de l'arrivée des premières doses au Canada vers la fin avril, le premier ministre Justin Trudeau a dit «suivre attentivement les développements» de cette situation.

Pour l'instant, Ottawa n’a pas l’intention de réviser le contrat de livraison des vaccins de Johnson & Johnson.

Santé Canada l'a approuvé pour les personnes de 18 ans et plus. 

Des essais cliniques ont montré une efficacité de 72%, peut-on lire dans le New York Times.


Le 26 mars, notre journaliste Éric-Yvan Lemay dévoilait que Québec avait reçu 38 déclarations de manifestations cliniques inhabituelles graves depuis le début de la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Bien que le risque 0 n’existe pas avec les vaccins, la majorité des autorités sanitaires à travers le monde jugent que les avantages des vaccins sont largement supérieurs à leurs rares complications et celles de la COVID-19.

Les fabricants ont aussi des comptes à rendre à Santé Canada.

«Une fois que le produit est sur le marché, le fabricant est tenu par la loi de déclarer les effets indésirables», précise le régulateur canadien.

– Avec des informations de l'AFP, de Vincent Larin et de Claudie Côté

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres