/sports/baseball
Navigation

Grand-papa Rose vit à sa manière

Grand-papa Rose vit à sa manière
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant âgé de 80 ans, le légendaire joueur de baseball Pete Rose n’a aucune idée s’il sera de retour dans les bonnes grâces du baseball majeur de son vivant et visiblement, cela ne l’empêche pas de dormir. 

• À lire aussi: Les Astros honorent un tricheur alors que Pete Rose est toujours banni

• À lire aussi: Le joueur du baseball majeur le plus dévoué est récompensé

• À lire aussi: «Je n’aurais jamais dû» -Pete Rose

• À lire aussi: Retirons la suspension de Pete Rose

Malgré qu’il domine les ligues majeures pour le nombre de coups sûrs en carrière, avec 4256, Rose n’a jamais été intronisé au Temple de la renommée, à Cooperstown. Des paris illégaux découverts lorsqu’il était gérant des Reds de Cincinnati en 1989 lui ont valu d’être banni à vie.

«Je crois que le Temple de la renommée se retrouve dans une situation négative quand [Roger] Clemens et [Barry] Bonds n’y sont pas, tranche Rose, dans une entrevue publiée par le quotidien "Philadelphia Inquirer", mercredi, jour de son 80e anniversaire de naissance. Nous savons qu’il n’y a pas seulement des enfants de chœur là-bas.»

À la rencontre des partisans

Concernant sa situation personnelle, Rose poursuit sa vie, à sa manière, dans la région de Las Vegas. Dans la capitale du vice, celui qui a porté les couleurs des Reds, mais aussi celles des Phillies de Philadelphie et des Expos de Montréal (1984), s’intéresse toujours au «gambling». Il passe toutefois la majeure partie de son temps à rencontrer les partisans et distribuer des autographes à partir d’un local situé dans un centre commercial de Vegas.

Grand-papa Rose vit à sa manière
Pierre-Yvon Pelletier / Le Journal de Montreal

«J’aime les partisans, j’adore parler aux enfants, mentionne Rose dans cette même entrevue. Ça m’amuse quand une mère ou un père s’amène pour obtenir un autographe pour un enfant et puis qu’un appel est logé à la grand-maman pour que je puisse la saluer. Nous en faisons une expérience. Ce n’est pas seulement autographier un objet la tête baissée.»

Malgré son rôle de mauvais garçon, force est d’admettre que Rose demeure un ambassadeur pour le baseball.

«Nous prenons le temps avec tout le monde, explique-t-il. Je travaille de midi à 17 h, mais j’arrive toujours au bureau plus tôt.»

Rester jeune

Selon ses dires, à 80 ans, Rose demeure en grande forme.

«J’ai été chanceux car je n’ai pas l’air d’avoir 80 et je n’agis pas comme si je l’avais, résume la légende. C’est important. J’ai sept petits-enfants et ils font souvent des choses auxquelles j’assiste. Ça me garde jeune. J’ai un petit-fils qui joue au football à l’école secondaire et d’autres qui jouent au baseball.»

Et rassurez-vous, Rose ne parie pas sur les matchs de ses petits-enfants.