/sports/baseball/capitales
Navigation

Vers du baseball à Québec en juillet

Les Capitales devraient aller de l’avant avec la Ligue Frontier

X
Photo d'archives Les amateurs risquent d’être en mesure de renouer avec le baseball des Capitales au Stade Canac dès le mois de juillet.

Coup d'oeil sur cet article

Les Capitales ne peuvent pas encore officiellement crier Play Ball en vue de la saison à venir dans la Ligue Frontier, mais tout indique que l’équipe de Québec se dirige vers un scénario dans lequel elle entamera un calendrier modifié dans la Ligue Frontier aux États-Unis avant de renouer avec le Stade Canac à compter de juillet.

Dans un entretien avec Le Journal, le président du club, Michel Laplante, s’est montré prudent, mais fort optimiste. En isolement depuis son voyage en Floride, où il a pu convaincre les propriétaires des formations américaines de la Frontier d’accorder aux clubs canadiens un sursis d’une semaine, Laplante croit que les Capitales et les Aigles iront de l’avant avec le plan proposé.

« Ce scénario occasionne des pertes, mais il s’agit d’une ligue à 16 équipes avec un avenir très prometteur. Pour s’assurer de continuer à jouer au baseball à Québec longtemps dans cette ligue, on est au point où on pense que ça vaut la peine de faire le sacrifice », a-t-il indiqué.

Aide attendue

Selon le plan sur la table, dont quelques détails demeurent évidemment à ficeler, les Capitales et les Aigles disputeraient une quarantaine de matchs locaux sur les 96 prévus au calendrier à compter du 27 mai.

Reste maintenant à savoir si les Capitales pourront obtenir de l’aide du gouvernement provincial sous forme de prêt remboursable. 

Il semble que cette démarche progresse rapidement, au point où le tout pourrait être concrétisé dans les prochaines heures.

« Il y a encore quelques questions à se poser. Est-ce que c’est réaliste de penser qu’en juillet, on pourra remplir le stade à 25 % de sa capacité ? Si on peut le faire, les gens vont se présenter ? 

« Il reste qu’on s’en voudrait tellement en juillet si la COVID devait vraiment se dissiper et qu’on ne pouvait pas offrir de baseball aux gens. Nos propriétaires sont incroyables. Au Québec, le risque financier pour eux serait moindre de ne pas jouer, mais ils veulent donner du baseball », a mentionné Laplante.

Un historique bénéfique

Si la saison se déroule bel et bien selon le plan convenu, l’effort des équipes américaines devra aussi être salué, elles qui ont accepté l’idée que des matchs locaux leur soient enlevés dans la période la plus achalandée de la saison.

« Ce que j’ai pu leur vendre, c’est l’aide du passé apportée par les Capitales. Nous sommes là depuis le début et n’avons jamais lâché. C’est nous qui avons amené Cuba dans l’aventure. Jusqu’ici, les propriétaires américains vont plus loin que ce qu’on espérait pour que tout le monde trouve son compte. La ligue nous a donné assez d’élastique, c’est juste un gros Wow ! », se réjouit Laplante.

Quant au sort des Titans d’Ottawa, le tout reste à déterminer. Il est possible que l’équipe dispute toute la saison en sol américain, mais rien n’est confirmé.

À VOIR AUSSI