/news/currentevents
Navigation

Attaquée par le forcené de Longueuil: «J’ai été garrochée comme une poupée de chiffon»

Coup d'oeil sur cet article

AVERTISSEMENT: L'image contenue dans cet article peut choquer. Nous préférons vous en avertir.


Mordue au visage par André Gionet Houle, ce forcené de Longueuil qui a provoqué un déploiement policier d’envergure mardi, Manon s’est confiée sur le calvaire qu’elle a vécu, en entrevue à TVA Nouvelles.

• À lire aussi: Le forcené de Longueuil pourrait-il être libéré en attendant son procès?

• À lire aussi: Un voisin a tenté de protéger la famille

«Je suis raquée de partout. J’ai été garrochée comme une poupée de chiffon», dit d’emblée celle qui venait rendre un service à sa cousine.

Même si son agresseur était armé de couteaux, Manon est parvenue tant bien que mal à se défendre.

«Je tenais les couteaux. Les couteaux n’étaient pas tellement coupants. Il était par-dessus moi», se souvient-elle du moment où Gionet Houle tentait de la poignarder.

C’est à ce moment que son cousin Michel est arrivé sur place.

«Il l’a enlevé [de sur moi] et j’ai réussi à lui enlever un couteau pis mon cousin a réussi à le maîtriser», raconte-t-elle.

Dans le feu de l’action, Manon dit ne pas avoir pensé au fait que ça aurait pu être la fin pour elle puisqu’elle ne pensait qu’à se défendre.

«Moi, dans la vraie vie, je ne suis pas forte. Je ne me suis jamais battue de ma vie. [...] Mais là, j’étais, comme j’ai dit à toutes mes sœurs, la femme la plus forte du monde», lance Manon.

Heureusement pour elle, il y a eu plus de peur que de mal dans son cas. Mais la dame ne s’en est pas sortie indemne, comme en témoigne l’ecchymose qu’a laissée la morsure de son agresseur sur une de ses joues.

«Il m’a mordue sur le visage [...] comme un enragé», dit-elle.

Selon les dires de Manon, André Gionet Houle était un homme plutôt colérique.

«Il était fou. Il sautait d’un bord pis sur l’autre. Tout ce qui bougeait dans la maison, il frappait dessus. [...] C’est un malade. Il a frappé ma fille. Quand il a frappé ma fille, je suis venue hors de moi, j’ai vu noir. Tu ne frappes pas ma fille. Je suis venue hors de moi et je l’ai frappé. Tu me frappes moi, mais frappe pas ma fille», se remémore la femme.

Malgré ses blessures, Manon ne semble pas regretter de s’en être prise à l’homme.

«Oui, j’ai mangé la volée, mais frappe pas mon enfant. C’est peut-être à ce moment-là qu’il m’a mordue, j’en ai aucune idée. Mais, oui, il m’a mordu le visage», indique-t-elle.

À VOIR AUSSI: