/finance/business
Navigation

Des camions de Lion Électrique chez IKEA

L’entreprise québécoise a réussi à séduire le géant suédois

Des camions de Lion Électrique chez IKEA
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La multinationale suédoise IKEA disposera d'une quinzaine de camions électriques utilitaires lourds Lion6 avec son partenaire Second Closet.

• À lire aussi: Saint-Jérôme craint de perdre la nouvelle usine de Lion Électrique

• À lire aussi: Lion Électrique décroche son plus gros contrat pour des camions

« Nous sommes heureux de collaborer avec Second Closet et Lion Électrique, deux excellents innovateurs canadiens, qui nous aideront à répondre aux besoins de nos clients en ayant les gens et la planète à l’esprit », a indiqué Michael Ward, PDG et directeur du développement durable chez IKEA Canada, par communiqué. 

Ces camions IKEA de Second Closet feront des livraisons de dernier tronçon aux magasins de Boucherville (Québec), d’Etobicoke (Ontario) et de Richmond (Colombie-Britannique) l’automne prochain. 

L’an dernier, IKEA Canada a effectué plus d’un demi-million de livraisons à domicile, en augmentation de 30 % par rapport à 2019. 

« L’un des aspects clés de Second Closet est de garantir à la fois la qualité et la durabilité de nos processus», a déclaré Mark Ang le PDG et cofondateur de l’entreprise torontoise Second Closet. 

« Lion est ravie d’avoir été choisie en tant que partenaire clé dans la réalisation de l’objectif audacieux de IKEA de décarboner la livraison à domicile d’ici 2025», s’est félicité Marc Bédard, PDG et fondateur de Lion. 

100 M$ de prêts 

La semaine dernière la mairesse de Saint-Jérôme a dit craindre de perdre l’usine de batteries de 185 millions de dollars de Lion Électrique au profit des terrains d’Aéroports de Montréal (ADM). 

Après quoi la compagnie Lion s’était dite « surprise » par la sortie de la mairesse parce que l’entreprise dit s'être toujours engagée à avoir son usine au Québec. 

En mars dernier, Québec et Ottawa ont prêté 50 millions $ chacun à l’entreprise, détenue en partie par Énergie Power Corporation, son PDG, Marc Bédard, et le fonds d’investissement XPND Croissance. 

À VOIR AUSSI