/sports/baseball
Navigation

Tous avec le «42»

Tous avec le «42»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La statue de Jackie Robinson, au champ gauche du Truist Park à Atlanta, donnait l’impression que le légendaire joueur de baseball était lui-même prêt à assister au spectacle, jeudi.

Le match entre les Braves et les Marlins de Miami figurait parmi les premiers à l’horaire en cette journée Jackie-Robinson, au cours de laquelle tous les joueurs portent, le 15 avril, le numéro 42. Un honneur bien mérité pour celui qui, comme joueur noir, a contribué à faire tomber les barrières en atteignant le baseball majeur à cette même date en 1947.

L’image de la statue au Truist Park est particulièrement forte, cette année, puisque les dirigeants du baseball majeur ont retiré, plus tôt ce mois-ci, la présentation du match des étoiles et du repêchage à la ville d’Atlanta, afin de dénoncer la nouvelle loi SB 202 qui vient réduire l’accès au vote dans l’État de la Géorgie. Cette loi a notamment été décriée par différents groupes de défense des droits civiques pour les Noirs.

«J’ai décidé que la meilleure façon de démontrer nos valeurs est de relocaliser le match des étoiles de cette année et le repêchage», avait ainsi annoncé le commissaire Rob Manfred, le 2 avril, au moment de l’annonce.

Ça se poursuit vendredi!

La journée de jeudi rappelle que la lutte doit se poursuivre et ce, aux quatre coins des États-Unis. Si 22 équipes devaient alors être en action dans le baseball majeur, les célébrations entourant Jackie Robinson se poursuivront également vendredi afin de permettre, notamment, aux huit autres clubs de porter fièrement le numéro 42. C’est le cas pour les joueurs, mais aussi pour les entraîneurs, les arbitres et le personnel sur le terrain.

Les réseaux sociaux et le site web des différentes équipes contribuent également à rendre hommage à Jackie Robinson, qui a aussi joué, rappelons-le, avec les Royaux de Montréal en 1946 avant d’atteindre les grandes ligues.

À propos du match à Atlanta, Dansby Swanson a été le clou du spectacle avec un simple pour mettre fin à la partie, en fin de neuvième, offrant ainsi une victoire de 7 à 6 à la formation locale.