/news/transports
Navigation

Feu vert du gouvernement Legault pour le projet de tramway

Le maire Labeaume s’est félicité du feu vert gouvernemental donné vendredi

text1
Illustration d'archives, Ville de Québec Le tramway doit être livré en 2026-2027. Ses deux extrémités seront situées dans les secteurs Le Gendre (à l’ouest) et D’Estimauville (à l’est), en passant notamment par le quartier Saint-Roch.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Labeaume s’est réjoui du feu vert confirmé vendredi par le gouvernement du Québec, qui permet désormais à la Ville de franchir une étape cruciale dans la réalisation du tramway.

• À lire aussi - 52% des répondants sont favorables au tramway, selon un sondage

• À lire aussi: Québec entre «dans les ligues majeures»

• À lire aussi: Impacts redoutés du chantier sur des projets d'investissement privés

« Nous sommes extrêmement heureux. Enfin, c’est parti. Cette décision lève complètement l’incertitude sur le projet [qui] va transfigurer notre magnifique ville », s’est exclamé le maire de Québec, vendredi en fin d’après-midi, lors d’un point de presse virtuel, en confirmant que l’appel de propositions sera lancé le 30 avril. 

En ce contexte de pandémie, Régis Labeaume a ajouté que « pour la relance économique de la région de Québec, c’est exactement ce dont nous avions besoin ».

Après des mois de tergiversations, le gouvernement Legault a choisi vendredi de publier un simple communiqué de presse officialisant l’adoption d’un décret qui permet au projet d’aller de l’avant. Le communiqué comprend toutefois peu de détails sur le projet approuvé, notamment sur les coûts. 

Une source a expliqué au Journal qu’en raison de la situation épidémiologique difficile qui sévit actuellement dans la capitale, le gouvernement Legault a préféré repousser à plus tard la conférence de presse qui devait avoir lieu concernant le réseau structurant. 

L’échéancier sécurisé 

Concrètement, l’administration Labeaume peut maintenant inviter les trois consortiums préqualifiés à soumettre une proposition pour la conception et la construction du tramway. 

C’est d’ailleurs ce que le maire de Québec souhaitait faire depuis la fin de l’été 2020. Mais un rapport « dévastateur » du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et des divergences d’opinions sur la desserte des banlieues ont retardé la suite des choses. 

« L’autorisation gouvernementale permet à la Ville de Québec de procéder à l’appel de propositions afin de sécuriser l’échéancier lié à la mise en service complète du tramway, planifiée en 2027 », mentionne le communiqué.

De son côté, M. Labeaume a réitéré l’échéancier initial de « 2026-2027 ».

La Ville espère signer le contrat avec le consortium retenu d’ici juillet 2022. 

Relier Le Gendre à D’Estimauville 

L’annonce de vendredi donne suite à une entente de principe intervenue en mars entre le maire Labeaume et le premier ministre Legault.

Le nouveau tracé du tramway permettra de relier « un futur quartier innovant » dans le secteur Le Gendre, situé à l’ouest de la ville, jusqu’au pôle D’Estimauville, à l’est. 

Le ministère des Transports confirme aussi qu’il prendra en charge la bonification de la desserte des banlieues par le transport en commun.

Les détails concernant ce projet – considéré comme distinct de celui du tramway – feront l’objet d’une annonce ultérieure avec la Ville, « lorsque la situation sanitaire le permettra ».

Il reste à voir s’il sera alors question du 3e lien, dont on sait encore bien peu de choses, sinon qu’il fera partie de « la vision » du gouvernement Legault en matière de transports dans la grande région de Québec. 

-Avec la collaboration de Vincent Larin, Agence QMI 

 

VERS UN TUNNEL COURT POUR LE TRAMWAY

Pour que le tramway relie la basse-ville à la haute-ville de Québec, l’administration Labeaume avait deux scénarios en tête.

Dans Saint-Roch, il est acquis que la structure prendra naissance à l’ouest du jardin Jean-Paul-L’Allier.

Par contre, la sortie du tunnel devait se faire soit à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de l’avenue des Érables (2,6 km en tout), soit dans le secteur du Grand Théâtre (2,1 km).

« Les hypothèses sont là, mais ça ressemble de plus en plus à un tunnel court. Mais ça reste à officialiser », a révélé le maire Régis Labeaume, vendredi.

Si ce scénario se confirme, la station de l’avenue Cartier serait donc située en surface plutôt que sous terre.

À VOIR AUSSI...