/weekend
Navigation

En mode lecture: à lire cette semaine

<strong><em>Kingdomtide</em><br>Rye Curtis</strong><br>Aux Éditions Gallmeister<br>400 pages
Photo courtoisie Kingdomtide
Rye Curtis

Aux Éditions Gallmeister
400 pages

Coup d'oeil sur cet article

Un premier roman étonnant qui nous entraîne à la suite de l’unique survivante d’un écrasement d’avion au cœur de la nature sauvage du Montana. 

On aime bien les romans qui sortent totalement de l’ordinaire et qui, au détour d’une page, font hausser les sourcils. Comme celui-ci, par exemple. Avec ses personnages franchement atypiques et son histoire pour le moins surprenante, il a réussi à nous tenir en haleine d’un bout à l’autre. 

L’héroïne, Cloris Waldrip, est une ancienne enseignante de 72 ans. Avec son mari, lui aussi à la retraite, elle devait aller passer quelques jours au bord d’un lac de carte postale du Montana. Sauf que le sort en décidera tout autrement : le 31 août 1986, le petit bimoteur censé les y conduire va en effet s’écraser au beau milieu de la forêt nationale de Bitterroot. Et des trois personnes qui étaient à son bord, seule Cloris s’en tirera vivante.

Perdue dans la nature

Avoir été dans sa situation, bien des gens auraient sans doute choisi d’attendre l’arrivée des secours en veillant à ne pas trop s’éloigner de l’épave. Quant à Cloris, elle choisira plutôt de marcher droit devant elle dans l’espoir de retrouver au plus vite la civilisation. Est-ce qu’elle a bien fait ? Ça, on vous laisse le soin de le découvrir. Car la forêt dans laquelle elle s’enfoncera n’abritera pas que des hordes d’animaux sauvages...

Le ranger Debra Lewis en sait du reste quelque chose, son propre partenaire de travail espérant bientôt pouvoir filmer l’un des fantômes qui s’y promènent. Alors, même s’il carbure au merlot du matin au soir – ce qui devient d’ailleurs assez vite énervant –, le ranger Lewis ne reculera devant rien pour retrouver Cloris. Au final, on a beaucoup, beaucoup aimé !

À lire aussi cette semaine  

Le miel et l’amertume

<strong>Tahar Ben Jelloun</strong><br>aux Éditions Gallimard<br>258 pages
Photo courtoisie
Tahar Ben Jelloun
aux Éditions Gallimard
258 pages

Comment survit-on au suicide d’un enfant ? Pour les parents de Samia, ce ne sera qu’une longue et lente descente aux enfers. Alors qu’ils se sont déjà aimés, ils en viendront à se haïr si fort qu’ils seront à peine capables de s’adresser normalement la parole. On en sera les témoins silencieux, l’écrivain marocain Tahar Ben Jelloun profitant de leur débâcle pour dénoncer la corruption de son pays.  

Neuf parfaits étrangers

<strong>Liane Moriarty</strong><br>aux Éditions Le livre de poche<br>674 pages
Photo courtoisie
Liane Moriarty
aux Éditions Le livre de poche
674 pages

Depuis Le secret du mari ou Petits secrets, grands mensonges, on peut dire que l’Australienne Liane Moriarty est devenue la spécialiste des histoires dans lesquelles il faut très vite se méfier des apparences. Réunis dans une chic station thermale censée les aider à découvrir leur nouveau moi, c’est d’ailleurs ce que les neuf personnages de ce cinquième roman apprendront à leurs dépens.  

Guide de poche des oiseaux du Québec et du Canada

<strong>David M. Bird et Samuel Denault</strong><br>aux Éditions Modus Vivendi<br>296 pages
Photo courtoisie
David M. Bird et Samuel Denault
aux Éditions Modus Vivendi
296 pages

Avec le retour des bernaches du Canada, des quiscales bronzés, des hirondelles, des éperviers de Cooper, des oies des neiges, des viréos aux yeux rouges ou des grives solitaires, bien des gens vont avoir envie de sortir leurs jumelles pour pouvoir les observer de plus près. Mais pas sans ce guide de poche illustré, qui permet d’identifier assez facilement pas moins de 435 espèces d’oiseaux.   

Pâtes et nouilles du monde

<strong>Jesiel Maxán</strong><br>aux Éditions Hachette<br>224 pages
Photo courtoisie
Jesiel Maxán
aux Éditions Hachette
224 pages

S’il y a deux aliments qui se préparent vraiment à toutes les sauces, ce sont bien les pâtes et les nouilles. En proposant des recettes venant d’Asie (pad thaï, ramen...), d’Europe (pierogi, timbale à la napolitaine...), des Amériques (mac & cheese, ravioli grillés...), d’Afrique (chorba, orzo à l’agneau et à la menthe...) ou d’Orient (maftoul au poulet, balaleet...), ce livre grand format nous en fournit les meilleures des preuves.  

Frissons garantis  

Séquences mortelles

<strong>Michael Connelly</strong><br>Aux Éditions Calmann-Lévy<br>448 pages
Photo courtoisie
Michael Connelly
Aux Éditions Calmann-Lévy
448 pages

Ça faisait un moment qu’on n’avait pas entendu parler du journaliste Jack McEvoy. Depuis Le poète, roman culte paru en 1997, il n’a fait que quelques petites apparitions ici et là dans l’œuvre de Michael Connelly avant de rafler à nouveau la vedette en 2010 grâce à L’épouvantail. Mais ensuite, plus rien. Silence radio pendant 11 ans. 

On a donc été assez surpris – et heureux ! – de le retrouver dans Séquences mortelles, même si c’est pour le voir encore une fois se frotter à un tueur étonnement machiavélique... 

Bien plus qu’un journaliste

Fidèle à lui-même, Michael Connelly nous installe tout de suite dans le feu de l’action : après avoir un peu trop bu et amené chez elle un type rencontré dans un bar, une femme va se faire violemment tordre le cou à plus de 180 degrés, comme si elle n’était qu’une simple poupée de chiffon. 

Manque de chance, Jack McEvoy a lui aussi eu une aventure d’un soir avec cette femme il y a plusieurs mois et les flics chargés de l’enquête ne vont pas tarder à débarquer chez lui pour l’interroger. À partir de là, Jack tentera bien sûr de mener sa propre enquête et l’univers qu’il va peu à peu nous faire découvrir (l’exploitation commerciale des données génétiques) est tout simplement fascinant.