/news/education
Navigation

Les travaux du campus de l’UQTR à Québec vont bon train

Le site sera prêt cet été, mais les cours seront à distance en raison de la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Hall d’entrée multifonctionnel, salles de bain mixtes, parc urbain et salles de formation à la fine pointe de la technologie : le nouveau campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières prend forme sur le site du centre commercial Fleur de Lys. 

Bien que l’emplacement du futur campus ait encore des airs de chantier, le directeur du chantier, Jean-Sébastien Lampron, et le directeur du campus, Philippe Trudel, assurent que tout sera prêt selon les échéanciers prévus.  

À gauche, le directeur du campus, Philippe Trudel, et à droite, Jean-Sébastien Lampron, directeur du chantier.
Photo Catherine Bouchard
À gauche, le directeur du campus, Philippe Trudel, et à droite, Jean-Sébastien Lampron, directeur du chantier.

Un véritable tour de force, alors que la pandémie s’est invitée dans les travaux de grande envergure.  

« Il y a eu des moments où l’on a perdu des cheveux, où l’on a fait des cheveux gris. C’était important pour nous d’avoir un livrable, puisqu’on a un bail qui achève. Pandémie ou pas, ça nous prenait un site » fait valoir M. Trudel, précisant qu’ils doivent être prêts lorsque le gouvernement donnera le feu vert pour les cours en présentiel.  

Photo Catherine Bouchard

Quelques délais

« Ç’a été un tour de force, parce qu’avec tout ce que nous avions à faire, l’échéancier était très agressif. Avec la pandémie et les mesures sanitaires, on a été très créatif pour réussir à livrer en si peu de temps », poursuit M. Lampron, qui se réjouit de ne pas avoir eu d’éclosion sur son chantier.  

Photo Catherine Bouchard

« Le seul impact de la pandémie, c’est la pénurie de matériaux, on a des délais qui augmentent parfois de deux à trois fois les temps standards, donc il y a une coordination à planifier », ajoute-t-il. 

Photo Catherine Bouchard

Le site devait accueillir les étudiants en sciences psychosociales dès cet été, mais, pandémie oblige, les cours se feront à distance. La situation sera réévaluée cet automne. Le personnel pourra aménager son bureau d’ici deux à trois semaines. 

La crise sanitaire n’a pas réellement changé les plans d’aménagement du futur campus, si ce n’est que pour quelques modifications, notamment l’ajout de salles comodales qui permettent aux étudiants d’être soit en classe, soit à distance. Il devait y en avoir deux à l’origine, mais il y en aura de quatre à cinq, finalement. 

Photo Catherine Bouchard

« On savait que l’avenir était dans les formations à distance. La COVID n’a fait qu’accélérer ces investissements », précise M. Trudel, qui qualifie le futur site de « campus du 21e siècle ».  

Photo Catherine Bouchard

Le directeur du campus promet d’épater les futurs usagers avec une salle de formation de maître « de pointe ». Il réserve toutefois les détails pour plus tard, et s’est contenté de dire qu’elle sera « des plus prisées en termes de formation au Canada ».  

Une des futures classes du Campus, qui pourra accueillir entre 60 et 70 étudiants.
Photo Catherine Bouchard
Une des futures classes du Campus, qui pourra accueillir entre 60 et 70 étudiants.


Le futur campus est la phase 1 du réaménagement de 750 millions $ du centre commercial. Le projet du campus à lui seul représente près de 30 M$.