/news/transports
Navigation

Desserte des banlieues de Québec: le gouvernement Legault investira 844 millions $ pour 104,2 km de voies réservées

L’annonce de 844 millions $ n’a pas été faite de façon officielle par la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des prochaines années, le gouvernement du Québec investira 844 millions $ pour créer plus de 100 km de voies réservées sur quatre autoroutes et sur le réseau routier municipal de Québec. Initialement, cette « desserte des banlieues » devait se réaliser sous l’égide de la Ville de Québec dans le cadre du mégaprojet de réseau structurant de transport en commun. Mais, après des mois de négociations et de tensions entre le gouvernement et la Municipalité, le ministère des Transports a décidé qu’il chapeautera lui-même la desserte des banlieues. Son projet doit s’arrimer au tramway, dont le budget serait toujours de 3,3 G$. 

« Je n’ai rien coulé », dit Guilbault 

Photo d'archives

Mercredi, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a refusé de confirmer les informations concernant le projet de voies réservées.

« Moi, je n’ai rien coulé. [...] Je vous confirme qu’on fera une annonce dès que possible sur les beaux projets de transport et de mobilité durable dans la capitale nationale », a-t-elle rétorqué. D’après elle, le gouvernement Legault « est prêt » à faire l’annonce, mais dans le contexte sanitaire actuel à Québec, il vaut mieux « attendre » qu’il soit possible de procéder à « une annonce en personne ».

« Idéalement, on aurait déjà fait cette annonce-là, a-t-elle avoué, mais à cause de la pandémie, les mesures d’urgence. On veut être capable de faire une belle annonce, convenablement, instructive, imagée. On veut être capable de montrer aux gens exactement ce qu’on va leur proposer dans notre capitale nationale. »   

Manque de transparence, selon Zanetti 

Photo d'archives, Simon Clark

Sol Zanetti, député solidaire de Jean-Lesage, s’est dit inquiet du « manque de transparence » du gouvernement caquiste dans ce dossier.

« On dirait qu’ils en ont honte [du projet]. Sinon, s’ils en étaient fiers, ils le présenteraient de façon publique, a-t-il tonné. Peut-être qu’ils ont de la misère à le présenter pour qu’il ait l’air d’un bon projet de transport en commun. »

D’après lui, « ils font mine de dire qu’il va y avoir des voies réservées. Mais dans la réalité, ils élargissent des autoroutes.
Le projet de la CAQ, c’est de l’augmentation de capacité routière déguisée. Ce n’est pas en élargissant les autoroutes qu’on va diminuer le trafic au centre-ville et qu’on va inciter les citoyens à prendre le transport en commun. » Ce dernier a également évoqué l’enjeu de l’étalement urbain qui risque d’être « perpétué » par ce type de projet. « C’est complètement contre-productif avec la lutte aux changements climatiques », a-t-il déploré.

Entre espoirs et inquiétudes 

Julie Tremblay-Potvin, vice-présidente du conseil de quartier de Lairet, oscillait mercredi entre espoirs et inquiétudes. « On n’a pas beaucoup de détails, a-t-elle convenu. On est favorable au réaménagement de la 1re Avenue si c’est pour paver la voie à une deuxième phase du tramway. Mais est-ce que c’est vraiment le cas dans ce projet ? » s’est-elle demandé.

Cette dernière fait d’ailleurs partie d’une coalition citoyenne qui milite pour que le tramway – dans une seconde phase du projet – se rende dans Limoilou, Lairet et Charlesbourg, comme cela était prévu initialement.

Mme Tremblay-Potvin s’est par ailleurs inquiétée des risques de voir le projet de voies réservées sur l’autoroute Laurentienne contrecarrer les plans municipaux de créer un boulevard urbain à cet endroit. 

Combien ça coûte 

Le projet gouvernemental totalise plus de 100 km de voies réservées et est estimé à 844 M$.
Illustration Le Journal
Le projet gouvernemental totalise plus de 100 km de voies réservées et est estimé à 844 M$.

Le projet gouvernemental de voies réservées en chiffres

Pour les quatre autoroutes qui ceinturent Québec

49,8 km / 700 millions $ 

Sur le réseau municipal

54,4 km / 144 millions $ 

Total

104,2 km / 844 millions $

Des Questions sans réponses 

Les données sur la desserte des banlieues obtenues mercredi auprès d’une source bien informée laissent plusieurs questions en suspens. 

  • Quel sera l’échéancier des travaux ? 
  • Jusqu’à quel point le gouvernement du Québec compte-t-il sur le palier fédéral pour le financement ? 
  • Quels sont les parcours du Réseau de transport de la Capitale (RTC) qui emprunteront les voies réservées ? Où seront situés les éventuels arrêts d’autobus ?  
  • Comment procédera-t-on pour ajouter des voies de circulation dans des portions parfois étroites du boulevard Charest, de la 1re Avenue ou de la rue Seigneuriale notamment ? Y aura-t-il des acquisitions ou des expropriations ?  
  • Le projet d’une voie réservée sur la quasi-totalité de la 1re Avenue compromet-il une possible deuxième phase du tramway ?  
  • Est-ce que des stationnements seront sacrifiés pour permettre l’ajout de voies sur le réseau routier de la municipalité ?  
  • « Incontournable » aux yeux de l’administration Labeaume, le projet de boulevard urbain sur la portion sud de l’autoroute Laurentienne est-il largué ? 
  • Les voitures électriques ou hybrides et le covoiturage seront-ils permis sur les voies réservées ? 
  • Est-ce que les voies seront réservées seulement aux heures de pointe ou bien toute la journée ?    

-Avec la collaboration de Marc-André Gagnon.

À voir aussi