/news/currentevents
Navigation

Pornographie juvénile: professeur le jour, prédateur le soir

Frédérik Bergeron
Photo courtoisie Frédérik Bergeron, coupable

Coup d'oeil sur cet article

Un professeur d’éducation physique dans une école spécialisée en trouble du langage de Charlesbourg a élaboré tout un stratagème sur les médias sociaux afin d’obtenir des photos compromettantes de ses élèves, en plus de les menacer afin d’obtenir encore plus d’images.

Frédérik Bergeron était un professeur apprécié à l’école Joseph-Paquin, qui offre un enseignement spécialisé aux jeunes souffrant de surdité et de trouble sévère du langage. L’homme de 28 ans était d’ailleurs particulièrement apprécié d’une de ses victimes.

Sauf que Bergeron avait un comportement bien différent lorsqu’il quittait l’école et qu’il se trouvait chez lui et dans les médias sociaux.

L’enseignant s’était ouvert de faux comptes sur Instagram et Snapchat dans le but d’entrer en contact avec ses élèves.

Il se faisait passer pour une ado

Ainsi, sur internet, Bergeron se faisait passer pour Jennifer Poulin, une adolescente de 15 ans, l’âge que ses victimes avaient au début de l’année 2020.

Bergeron a réussi à obtenir des photos intimes, dont une de son pénis, auprès d’un de ses élèves aux prises avec un trouble du langage en raison de son autisme. 

Dans les semaines suivantes, il a tenté d’avoir plus d’images du garçon en le menaçant de publier la photo de son pénis à tous ses contacts s’il n’obtempérait pas. 

Avec une autre adolescente qui aimait bien Bergeron comme professeur, l’accusé, alias Jennifer Poulin, avait amorcé une conversation, lui affirmant qu’elle aussi avait un professeur préféré et qu’elle le laissait lui toucher les fesses. Par ce stratagème, Bergeron voulait ainsi que son élève se « laisse faire ».

Leurre et extorsion

Les leurres ont cessé lorsque le parent d’une des deux victimes de Bergeron a pris connaissance des discussions osées avec cette prétendue Jennifer Poulin, qui leur proposait maintenant un rendez-vous.

L’enquête a permis de remonter jusqu’à leur professeur de l’école Joseph-Paquin, à Charlesbourg, qui n’avait aucun antécédent judiciaire. 

Arrêté en mars 2020, Frédérik Bergeron a plaidé coupable à quatre accusations d’extorsion, de leurre et de possession de pornographie juvénile portées contre lui par deux victimes.

En liberté durant les procédures judiciaires, il reviendra en cour cet été pour recevoir sa sentence.