/news/politics
Navigation

Les vols provenant de l'Inde et du Pakistan seront suspendus pendant 30 jours

Les vols provenant de l'Inde et du Pakistan seront suspendus pendant 30 jours
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement fédéral interdira pour 30 jours dès 23 h, jeudi soir, les vols internationaux en provenance de l’Inde et du Pakistan, qui sont tous deux aux prises avec une recrudescence fulgurante des cas de COVID-19, alimentée en partie par un nouveau variant «double mutant».

• À lire aussi: Les hôpitaux submergés sont en quête d’oxygène

• À lire aussi: Passagers exemptés de test de dépistage contre leur gré

Cela inclut tous les vols privés et commerciaux arrivant de ces pays, mais les vols de cargo resteront autorisés pour l’approvisionnement de produits essentiels, comme les vaccins.

«Ceci est une mesure temporaire, tandis que nous continuons d’évaluer la situation et déterminons les prochaines étapes à suivre», a déclaré le ministre des Transports, Omar Alghabra.

De plus, les passagers quittant l’Inde ou le Pakistan qui arrivent au Canada par le biais d’une escale devront obtenir un résultat négatif à un test de dépistage qui devra être effectué à partir de leur dernier point de transfert avant l’arrivée au pays.

«Il n’y a présentement aucun vol en provenance du Brésil, mais nous n’hésiterons pas à interdire les vols des autres pays si la science nous le recommande», a ajouté le ministre.

L’Inde a battu un record de nouveaux cas, jeudi, avec 315 000 nouvelles infections et 2074 décès.

Une décision fort attendue

La décision est tombée à un moment où la pression s’accentuait à l’endroit du gouvernement libéral, alors que les variants ne cessent d’accroitre leur présence.

Deux heures plus tôt, les députés avaient adopté à l'unanimité une motion du Bloc québécois réclamant la suspension de certains vols internationaux en provenance de certains pays.

Les libéraux et les néodémocrates ne se sont pas opposés à la motion, qui spécifiait que la suspension «immédiate» viserait le Brésil et l’Inde, à l’image de ce qu’il a fait lors de la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni, le 20 décembre 2020.

En avant-midi, le Parti conservateur, le Bloc québécois et plusieurs premiers ministres provinciaux avaient demandé conjointement à Ottawa de restreindre les vols en provenance de pays ravagés par les variants de la COVID-19, notamment le Brésil et l’Inde.

«Le gouvernement fédéral doit suspendre immédiatement et temporairement tous les vols des pays les plus touchés par la COVID-19. Nous devons agir pour empêcher les nouveaux variants d’entrer au Canada et de se propager. Nous devons agir pour nos frontières», a déclaré le leader conservateur Erin O’Toole en point de presse jeudi.

Même son de cloche du côté du Bloc québécois, qui demande depuis mercredi la suspension des vols en provenance de l’Inde.

«L’intention n’est pas de faire un énoncé à caractère idéologique ou politique. C’est de prendre des mesures qui vont protéger la santé et la sécurité, et dans de nombreux cas la vie de citoyens au Canada et au Québec», a déclaré le chef Yves-François Blanchet.

Jusqu’ici, le premier ministre Justin Trudeau a maintes fois défendu les mesures actuellement en place, dont les tests avant et après l’arrivée au pays, ainsi que la quarantaine obligatoire à l'hôtel.  

  • Écoutez le correspondant de RFI en Inde, Côme Bastin, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Un «double mutant» qui inquiète

Chaque jour depuis au moins deux semaines, Santé Canada détecte des cas positifs à la COVID-19 dans des vols en provenance de Delhi, en Inde, à destination de Toronto et de Vancouver. Mercredi, un premier cas lié au variant «double mutant» indien a été détecté au pays, en Haute-Mauricie.

«La situation en Inde et au Brésil est très grave. Leurs hôpitaux manquent de respirateurs artificiels», a souligné M. O’Toole.

«Évidemment, il faut considérer des mesures de restrictions venant d’endroits où il y a une forte prévalence du virus. Ça n’a rien d’idéologique, ça n’a rien d’ethnoculturel, c’est vraiment un enjeu sanitaire quoi doit être rapidement considéré», a ajouté M. Blanchet.

Au tour des provinces

François Legault et ses homologues de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont fait front commun pour réclamer à Ottawa des mesures plus sévères pour les vols internationaux.

«On est en train de préparer une lettre, peut-être qu’elle est même déjà envoyée, avec quelques premiers ministres, entre autres de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, de l’Ontario, une lettre à M. Trudeau pour dire il faut en faire plus sur les vols internationaux, sur les entrées terrestres», a insisté François Legault, en mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

- Avec Geneviève Lajoie, Bureau parlementaire

À VOIR AUSSI...