/news/society
Navigation

Logement locatif: les propriétaires contre un registre des baux

GEN-COVID-19
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’Association des propriétaires du Québec (APQ) a jugé jeudi «inacceptable» la demande de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de mettre en place un registre public des loyers. 

La CMM réclamait mardi du gouvernement Legault des mesures concrètes pour résorber la crise du logement, en encadrant le marché locatif par notamment la création d’un registre des loyers et l’octroi de ressources supplémentaires au Tribunal administratif du logement. 

Un tel registre est tout à fait inadéquat et constitue «une fausse solution», selon l’APQ qui évoque les coûts exorbitants associés à sa mise en place, citant le cas de l’Ontario où le registre des baux a été aboli. 

«Les propriétaires vivent également des hausses au niveau des coûts d'exploitation, d'entretien et de rénovation, il est nécessaire qu'un propriétaire augmente le prix de ses loyers», a réagi dans un communiqué Martin Messier, président de l'APQ.

L’organisme croit que le système de fixation de loyer en vigueur est «l’ennemi juré du parc locatif québécois», plaidant plutôt pour la révision des conditions locatives actuelles. 

«L'APQ encourage la Communauté métropolitaine de Montréal à envisager d'autres solutions que la mise en place d'un registre des baux, qui n'auraient pas pour effet de nuire au parc locatif», a ajouté le regroupement des propriétaires.