/weekend
Navigation

Comment choisir un bon éducateur canin?

German shepherd puppy training at spring
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Votre chiot ne vous écoute pas ou démontre des problèmes de comportement ? Si c’est le cas, qui devriez-vous consulter ? Un entraîneur, un éducateur canin, un maître-chien ? Et comment choisir une ressource compétente et professionnelle ? Voici quelques pistes de solution.

• À lire aussi: Les chiens contribuent à notre bien-être

Le nombre d’adoptions a explosé en pandémie et nombreux sont les nouveaux propriétaires qui doivent éduquer leur chien dans un contexte de distanciation sociale. Vous êtes sans doute nombreux à avoir besoin de conseils pour éduquer votre chien et résoudre certains comportements inappropriés, mais qui devriez-vous consulter ? 

Le week-end dernier, j’ai été horrifié par un article d’un quotidien relatant l’histoire d’une dame qui dénonce les méthodes utilisées par un maître-chien à qui elle avait confié son propre chien pour des problèmes d’anxiété. Il y a de nombreux et excellents éducateurs au Québec, mais comme ce domaine n’est pas réglementé, n’importe qui peut malheureusement se proclamer « professionnel » en la matière et se donner un titre d’éducateur, de maître-chien ou d’intervenant canin. Je souhaite que vous trouviez la bonne personne pour vous et votre animal, alors choisissez quelqu’un qui : 

1. Prône les méthodes de renforcement positif

Il travaille avec des récompenses et non par la punition. Le chien apprend beaucoup mieux dans le plaisir que dans la peur. Évitez ceux qui ont une approche punitive ou coercitive : ceux qui vous parlent de collier étrangleur, de collier électrique, ou de placage au sol, etc. Ce sont des méthodes archaïques et dépassées ! Bien souvent, elles ne feront qu’empirer les problèmes d’agression et d’anxiété. Si vous ne vous sentez pas confortable avec les méthodes de l’entraîneur, écoutez votre petite voix interne.

2. A une formation actuelle

Qu’il soit dans une association ou pas, votre éducateur canin doit avoir une formation adéquate et être à jour. Les mots suivants peuvent dénoter un manque de formation de ce côté : « dressage », « chef de meute », « alpha », « dominant », etc.

3. Est à l’aise de travailler en équipe avec votre vétérinaire

Les chiens qui souffrent d’anxiété, de problème de destruction ou qui démontrent de l’agressivité envers les humains ou les animaux devraient d’abord être évalués par un vétérinaire. « Plusieurs problèmes de comportement sont causés par la douleur et un problème de santé physique ou mentale chez les chiens », affirme la Dre Isabelle Demontigny-Bédard, médecin vétérinaire et spécialiste en comportement animal à la Clinique vétérinaire Dollard. De plus, l’anxiété doit être traitée médicalement avant que soit d’entreprise une modification de comportement, sinon les résultats ne seront probablement pas au rendez-vous et vous aurez dépensé inutilement. Votre éducateur ne peut poser de diagnostic et devrait vous recommander sans tarder un vétérinaire dans le cas de problèmes de comportements importants, intenses et fréquents. Il en va de la santé de votre animal.

4. Travaille avec vous, chez vous

En tant que propriétaire, vous avez aussi beaucoup de choses à apprendre dans l’éducation de votre chien. Vous devez être présent, vous aussi, pour apprendre les bases de l’éducation canine et savoir quoi faire dans tel contexte et dans telle situation. Donc, vous devez assister et participer. Idéalement, la rencontre devrait se faire à votre domicile. Soyez particulièrement vigilant si on vous suggère de laisser votre animal en « pension-dressage ».

Alors, pour trouver un bon éducateur, faites vos devoirs. « En tant que consommateur, c’est important de faire ses recherches », précise Dre Isabelle Demontigny-Bédard. « [...] au même titre que je ne vais pas acheter une voiture en me basant seulement sur l’opinion du vendeur. »