/news/society
Navigation

Une aide qui est grandement appréciée

GEN-Portrait de Manon Monastesse présidente de la Fédération des maisons d’hébergements pour femmes
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Coup d'oeil sur cet article

Les maisons d’hébergement pour victimes de violence conjugale accueillent positivement les 92 millions $ promis hier par Québec, qui leur permettra de rejoindre plus de femmes alors qu’elles craignent encore une hausse de la violence.

• À lire aussi: Violence conjugale: des cas de plus en plus lourds

« Ce qui presse, c’est d’offrir plus de services externes, en dehors de l’hébergement, pour mettre en place des filets de sécurité beaucoup plus serrés », estime Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes. 

Après 10 féminicides en 10 semaines, le gouvernement du Québec a débloqué hier près de 223 M$ pour lutter contre la violence conjugale. 

Là-dessus, 92 M$ seront versés aux maisons d’hébergement pour bonifier leurs services d’accompagnement externes et accueillir davantage de victimes. 

« On est enlignés : un plan d’action fédéral, un plan d’action provincial, de l’argent. C’est excellent, s’est réjouie Gaëlle Fédida, coordonnatrice de l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape. Maintenant, il va falloir soutenir l’effort et faire arrimer tout ça. »

Hausse de la violence

Car avec la question du déconfinement qui se pointe doucement le bout du nez, les organismes craignent une hausse de la violence conjugale en raison de la perte de contrôle des conjoints violents sur leurs victimes. 

Reste à voir comment le reste du montant sera distribué, tempère aussi Martine Jeanson, fondatrice de la Maison des Guerrières. Elle estime qu’il faudra miser sur la prévention dans les écoles et l’encadrement des conjoints violents. 

« Il faut investir dans des bracelets électroniques et dans des thérapies pour hommes. Ce n’est pas à la femme de disparaître, de quitter sa maison, d’abandonner son chien », martèle-t-elle.

Collaboration

Le « plan d’urgence », qui sera détaillé dans les prochaines semaines, prévoit notamment bonifier l’aide aux organismes d’aide aux hommes violents et s’attaquer à l’encadrement à tous les niveaux.

« Maintenant, il va falloir mettre l’épaule à la roue. On va rester en étroite collaboration avec le gouvernement, donc ça va grandement améliorer les choses, j’en suis convaincue », conclut Mme Monastesse.


 SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE

SOS violence conjugale
www.sosviolenceconjugale.ca
1 800 363-9010 — 24/7