/entertainment/star-academie
Navigation

Star Académie: Lunou Zucchini est la finaliste féminine

Star Académie: Lunou Zucchini est la finaliste féminine
Joel Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La finale de Star Académie 2021 opposera William Cloutier et Lunou Zucchini. La chanteuse de 25 ans, de Saint-Denis-sur-Richelieu, a triomphé en demi-finale féminine du concours, dimanche, à TVA, dépassant ses camarades Rosalie Ayotte et Queenie Clément au fil d’arrivée.

• À lire aussi: «Star Académie» reviendra l’an prochain

Gregory Charles a parlé de «trois solides performances», offertes par les candidates plus tôt en soirée, au moment de dévoiler l’identité de la lauréate féminine à la fin de l’émission.

La jubilaire, les larmes aux yeux, peinait à trouver les mots pour remercier le public, qui a voté pour elle, lorsqu’elle a entendu son nom résonner. Même si, a souligné Lunou, ses collègues et elle avaient reçu un cours sur l’art du remerciement plus tôt dans la saison!

Lunou et William s’affronteront donc dimanche prochain, le 2 mai, pour rafler le titre de grand(e) gagnant(e) de Star Académie 2021. Le (la) récipiendaire repartira avec un prix en argent de 125 000$ et un contrat musical avec Musicor, tandis que le (la) finaliste empochera la somme de 50 000$.

Généreuse Marjo

L’avant-dernier variété de la saison fut aussi éclectique et varié que chargé. Entre un passage explosif de l’hyper généreuse Marjo, qui a enchaîné ses indémodables succès (Illégal avec Lunou, Provocante avec Queenie, Les chats sauvages avec Rosalie et les Sœurs Boulay, Les yeux du cœur avec William, et d’autres encore) et hurlé bonne chance à chaque candidate à la fin des morceaux, et un collage de duos virtuels avec Francis Cabrel (Petite Marie, Encore et encore, Te ressembler, Je l’aime à mourir...), on a revécu quelques grandes chansons du cinéma primées aux Oscars avec Alexandra Stréliski au piano – pendant que la grand-messe du septième art était diffusée au même moment –, dont My Heart Will Go On et Skyfall (violon et violoncelle à l’appui), on a festoyé sans retenue avec Valaire et Qualité Motel, et les Sœurs Boulay ont dévoilé une chanson inédite, Antigone.

En l’honneur de Marjo, la chanson thème Maintenant et partout a été incarnée à la sauce rock en ouverture de spectacle, et Quand j’aime une fois, j’aime pour toujours, de Richard Desjardins, a été ajoutée au panthéon des «Chansons de la nation».

On a même eu droit à une visite surprise du producteur Jean-Philippe Dion et du président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qui ont annoncé une bonne nouvelle en grande pompe: Star Académie sera de retour à l’antenne de TVA au début 2022! 

  • Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:  

Demi-finalistes fières

Mais c’est évidemment le couronnement de la finaliste féminine qui créait le plus d’attentes, chacune des aspirantes détenant des qualités indéniables qui auraient pu la mener en finale. Bien qu’elles avouent qu’elles auraient aimé poursuivre le voyage Star Académie, pendant une dernière semaine, Rosalie et Queenie arboraient dessourires qui laissaient transparaître une grande fierté, à la fin du variété.

«Je suis vraiment fière d’avoir eu l’opportunité de faire mes compositions, parce que depuis le début, je dis que c’est ce que je veux faire en sortant d’ici, a confié Rosalie. Le fait d’avoir pu partir en laissant cette dernière trace me fait du bien. Une grande pression est partie de nos épaules! Et on sait qu’on aura fait partie de tous les variétés, parce qu’on sera de retour la semaine prochaine, mais à la finale, on n’aura pas la même pression.»

Qu’ont appris nos demoiselles au cours de ce séjour hors normes à Waterloo?

«D’entrer dans chaque expérience et d’y démontrer qui on est comme artiste, a expliqué Queenie. Si des choses ne fonctionnent pas comme on veut, que ça ne nous empêche pas de donner notre maximum.»

«Moi, ce que j’ai appris le plus, c’est d’oser, a ajouté Rosalie. D’embarquer dans des styles qui ne sont pas nécessairement les nôtres, ça donne souvent des trucs super "cool". Avant, je ne me serais pas permis de danser en public, par exemple, et maintenant, c’est comme si j’avais tous les outils pour me lancer.»

Alors qu’avant Star Académie, Rosalie terminait son cégep en musique à Drummondville – elle se promet bien de reprendre sa formation éventuellement –, Queenie travaillait comme coordonnatrice des chirurgies dans une clinique oculaire. Bien sûr, continuer de faire de la musique fait partie de leurs plans à court et à long terme.

«J’avais déjà commencé à écrire un album, a raconté Queenie. J’attends juste le moment de le faire. Mais je ne pense pas que je vais attendre longtemps!»

«On va sortir d’ici avec la petite flamme travaillante, a mentionné Rosalie. Une expérience comme celle-ci m’a vraiment inspirée à écrire. Je veux continuer d’écrire, sortir un autre album et jouer avec différents styles. M’ouvrir à de nouveaux horizons, c’est vraiment quelque chose qui m’intéresse!»

Les chansons interprétées par les candidats en danger sont disponibles sur QUB musique et sur toutes les plateformes d’écoute en continu et de téléchargement.

Les prestations des demi-finalistes féminines     

Lunou Zucchini (Choix du public)

Plusieurs devinaient Lunou gagnante à l’avance en début de soirée, et le pari s’est avéré exact. La finaliste 2021 a très peu parlé de sa maman, Luce Dufault, tout au long de son aventure à Star Académie, mais pour la demi-finale, elle s’est commise sur De la main gauche, une pièce de Danielle Messia que Luce Dufault avait enregistrée sur son album Des milliards de choses, en 1998, et qui lui colle encore à la peau. Comme à son habitude, Lunou nous a raconté ces mots remplis de sens de sa voix pure, autant qu’elle nous les a chantés. Ariane Moffatt et Gregory Charles en étaient debout d’enthousiasme, et Lara Fabian a salué combien Lunou avait été capable d’aller chercher la raison d’être de ces paroles émouvantes, avec grâce, humilité et intensité. La compétition était forte, mais Lunou n’a pas volé son titre.

Rosalie Ayotte (Délogée)

Rosalie a tergiversé à l’approche du gala, ayant d’abord prévu interpréter sa composition, Mes pluies, puis jetant son dévolu sur L’amitié, de Françoise Hardy, avant de revenir à son choix initial, Mes pluies, un texte qu’elle a rédigé il y a deux ans, lors d’une période difficile. Même si le public n’a pas catapulté Rosalie en finale, sa décision fut heureuse, a signalé Gregory Charles, après la prestation de cette dernière, sincère et vulnérable comme on la connaît. Le professeur de chant avait pourtant déconseillé à son élève de miser sur une composition pour la demi-finale, mais il s’est ravisé après le numéro de la jeune femme, dont il a encensé le talent, la voix et la personnalité. «Dans quelques années, il va y avoir une Rosalie dans notre univers musical», a prédit Gregory, soulignant qu’il a hâte d’acheter le premier album de Rosalie Ayotte.

Queenie Clément (Délogée)

Même si elle a dû quitter dimanche, elle aura été digne jusqu’à la fin, cette Queenie aussi attachante que sensible. La Montréalaise de 29 ans, qu’on sait capable de visiter tous les styles, a vogué sur I Am Changing, air de Broadway à l’origine interprété par Jennifer Holliday, pour son ultime mise en danger. On aurait aimé voir Queenie s’éclater dans un mode un peu plus festif et léger, mais la jeune femme a été souveraine et s’est ouvert le cœur et les tripes pour nous faire vivre des émotions. Ariane Moffatt n’a eu que de bons mots pour l’étudiante. «Tu fais partie de celles qui ont saisi chaque opportunité [...] Tout ce qu’on t’a donné, tu en as tiré le meilleur [...] Tu as une volonté de fer! Tu es une grande artiste!» a insisté la professeure de création musicale.

Ils poursuivent l’aventure          

  • William Cloutier – 25 ans – Victoriaville     
  • Lunou Zucchini – 25 ans – Saint-Denis-sur-Richelieu