/entertainment/star-academie
Navigation

Star Académie: les oisillons s’apprêtent à quitter le nid

Star Académie: les oisillons s’apprêtent à quitter le nid
Photo Joel Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les professeurs de Star Académie ont le sourire large, ces jours-ci. Le sourire de ceux qui s’apprêtent à regarder leurs oisillons quitter le nid, forts d’apprentissages emmagasinés à vitesse grand V, et prêts à s’envoler vers des cieux remplis de belles promesses professionnelles.

• À lire aussi: Lunou Zucchini est comblée

• À lire aussi: Retour confirmé et sommet de cotes d’écoute

• À lire aussi: Marjo a toujours le goût de continuer

Lara Fabian, Ariane Moffatt et Gregory Charles n’avaient pas de temps à perdre à flâner dans les coulisses après le variété de Star Académie, dimanche soir. Ils devaient rapidement sauter dans leur voiture pour rouler jusqu’à Waterloo, où il était prévu qu’ils passent la nuit auprès des deux finalistes de la saison, William Cloutier et Lunou Zucchini. On a pu partager des parcelles de l’amusante fin de soirée pyjama dans la quotidienne de lundi, à TVA.

Supérieurs à 2012

Il fallait bien souligner de manière spéciale le début de cette dernière semaine à l’Académie. Car dimanche, le 2 mai, ça sera déjà le temps des adieux après une saison riche en émotions. Heureusement, plusieurs surprises sont à l’horaire dans les prochains jours, dont le «party des finissants», qu’on verra dans la quotidienne de jeudi et qui rassemblera tous les Académiciens de la cohorte.

«Ce sont des candidats tellement fantastiques, a confié Gregory Charles. Je vais le dire, même si ça ne plaira peut-être pas à ma gang de 2012: c’est une gang plus forte, cette année. Ils ont aussi été aidés par les événements, comme le fait d’avoir été en quarantaine ensemble avant que ça commence. Ils ont vécu plusieurs émotions, ils n’avaient pas chanté de l’année, ils n’avaient vu personne... Mais c’est vraiment un groupe très, très fort. J’ai eu beaucoup de bonheur à travailler avec eux et à les voir évoluer et s’améliorer. Je ne pourrai pas passer les prochaines semaines sans penser à Shayan, Guillaume, Jacob, Dashny, Maëva, Annabel et les autres...»

Aussi, le toujours créatif Gregory se dit inspiré par la soif de création de sa plus récente classe. «De les voir s’émanciper et se déployer, ça me donne le goût de retourner dans mes affaires, d’écrire, de composer...»

Promesses tenues

Ariane Moffatt, qui a célébré lundi ses 42 ans entourée de ses collègues de l’Académie, se réjouit pour sa part que le Star Académie qu’on a vu à l’écran ressemble au Star Académie qu’on lui avait promis aux balbutiements de l’aventure.

«C’est beau de se faire convaincre d’un projet sur papier, et que le résultat fini soit non seulement à la hauteur, mais dépasse, même, l’expérience qu’on espérait. Je ne vois pas de quoi je me plaindrais: j’ai eu de l’espace, de la liberté, de vraies rencontres, de vrais échanges, c’était concret... et on est arrivés à des résultats! Il y a vraiment eu des "tounes" écrites, interprétées dans les variétés, on a enregistré un EP... Je me suis sentie utile, comme Lara et Gregory l’ont aussi tellement été. On a travaillé avec des jeunes qui étaient des éponges, qui avaient envie d’évoluer, de se dépasser.»

La professeure de création musicale sera-t-elle de retour au poste l’an prochain? La principale intéresse se dit en réflexion.

«La tournée va reprendre, je viens de sortir un album [Incarnat, lancé fin mars, NDLR], j’ai trois enfants... Je ne sais pas encore si je pourrai faire entrer tout ça dans mon horaire. Ma décision n’est pas encore prise.»

Traversée d’émotions

Quant à la maternelle directrice de l’Académie, Lara Fabian, elle parle de Star Académie comme, de loin, «l’une des plus belles expériences de [sa] carrière».

«Pour ne pas dire, peut-être, la plus belle à ce jour, nuance-t-elle. Parce qu’il n’y a rien comme donner sans rien attendre, et réaliser que c’est là qu’on reçoit le plus, justement parce qu’on n’avait pas d’attentes. Moi, j’étais là pour eux, dans un unique espace, qui était celui de contribuer, de donner au suivant, de pouvoir passer les clés, ouvrir ce sac à dos que je porte depuis une trentaine d’années et tout renverser sur la table, offrir ça comme un grand buffet et dire: prenez ce que vous voulez. Ç’a été l’une des expériences les plus enrichissantes de toute ma vie.»

Comme Ariane Moffatt, Lara Fabian, qui a avoué à la télévision qu’elle aurait peut-être du mal à appeler une nouvelle cohorte d’Académiciens «mes p’tits cœurs», ignore si elle se rassoira dans son fauteuil de directrice en 2022.

«Beaucoup d’amis me textent en ce moment, en me disant que je ne peux pas considérer de ne pas le refaire, que je ne peux pas priver les gens de ça l’an prochain. Mais je me pose des questions. Pas sur la légitimité de ma présence, parce que je me sens sur mon X. Mais comme une mère qui entre dans sa deuxième grossesse se demande si elle va aimer autant cette deuxième partie de sa famille... C’est vraiment cette question que je me pose. C’est une question de l’ordre de la nouvelle traversée des émotions que je ferais. Pourrais-je la traverser avec le même élan, la même intensité, être aussi juste? Je n’ai pas la réponse aujourd’hui», dépeint la chanteuse, qui entre actuellement en période d’écriture d’un livre et d’un nouvel album.

À VOIR AUSSI...