/news/politics
Navigation

Loyer à 500-600$ : Legault rattrapé par sa déclaration controversée

Le PM s’excuse de ne pas avoir été « assez clair » et blâme les partis d’opposition

Coup d'oeil sur cet article

D’abord avec des excuses, puis en accusant ses adversaires d’avoir déformé ses propos, le premier ministre François Legault a tenté de se dépêtrer du tollé qu’il a soulevé mercredi en affirmant qu’un loyer à Montréal peut coûter de 500 $ à 600 $.

• À lire aussi: Prix des logements à Montréal: «Ça peut peut-être commencer à 500, 600$ par mois», selon Legault 

• À lire aussi: Logement à 500-600 $: François Legault accusé par l'opposition de vivre dans le déni

Ciblé de toutes parts dès la première heure, le chef caquiste s’est présenté tendu devant la presse parlementaire afin de nuancer ses propos tenus la veille lors de l’étude des crédits budgétaires.

« On a un problème, il manque de logements abordables », a reconnu le premier ministre.

S’il estime qu’il y a « une pénurie de logements abordables dans cinq ou six grandes villes du Québec », il a toutefois refusé de parler d’une « crise du logement » comme le font les partis d’opposition. Le gouvernement a d’ailleurs refusé de consentir à une motion voulant « que l’Assemblée nationale reconnaisse que le Québec vit présentement une crise du logement ».

Toute la journée, M. Legault s’est défendu en blâmant les partis d’opposition et les médias, qui selon lui ont repris une partie seulement de ce qu’il a répondu mercredi après-midi à la cheffe parlementaire de Québec solidaire concernant le prix élevé des loyers.

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Excuses

« Je croyais que Manon Massé n’était pas comme les autres politiciens qui font des games en reprenant seulement quelques mots », a déploré le chef caquiste. 

« Les titres, ce matin, c’est comme si j’avais dit que le prix moyen d’un logement, même pour une famille, c’est 500-600 $ », a soutenu M. Legault. 

« Dans ma tête, et puis peut-être ça n’a pas été clair, je parlais d’un montant qui commence à 500 $, 600 $ par étudiant, a-t‐il répété. [...] Je disais qu’un étudiant doit penser consacrer au moins 500-600 $ par mois pour un logement. Si je n’ai pas été assez clair, je m’en excuse. »

  • Écoutez Marie-Claude Nichols, Députée libérale de Vaudreuil, sur QUB radio:    

Lors de la période des questions au Salon bleu, M. Legault s’est aussi dit « vraiment déçu » de la cheffe libérale, Dominique Anglade, qui a lancé les hostilités à ce sujet. 

Le premier ministre a également dénoncé les commentaires dont il est depuis la cible sur les réseaux sociaux.

« Parce que le PLQ et QS ont laissé entendre que c’était le loyer que je suggérais pour des familles, j’ai eu des insultes. C’était vraiment méchant, au point que ça me touchait personnellement de lire ça, c’est pour ça que je suis arrivé un peu pompé ce matin. »

Près du peuple

M. Legault s’est aussi défendu d’être « déconnecté ». « Moi, je suis fier de dire que je viens de la classe très moyenne. J’ai encore beaucoup d’amis qui viennent de la classe très moyenne. Je m’assure de rester près du peuple et je suis encore très connecté sur la réalité. » 

Pour le chef caquiste, la solution semble passer par la construction de logements sociaux, qui a été insuffisante sous les libéraux, selon lui. Considérant les prix plus élevés des logements dans le reste du Canada et la croissance des revenus au Québec, M. Legault estime que l’encadrement en place avec la Régie du logement est suffisant.

  • Écoutez l’entrevue de Philippe Hurteau, chercheur à l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques   

Ce qu'ils ont dit: 

« Parce qu'eux, leurs amis ou les enfants de leurs amis n'ont pas de problème de logement, [...] ils pensent que [...] c'est de même pour tout le monde...»

– Manon Massé, cheffe parlementaire de Québec solidaire

« (Ça) démontre quand même une méconnaissance assez spectaculaire de la situation de la part du premier ministre. [...] Ce ne sont pas les oppositions qui ont inventé la crise dans laquelle on se retrouve.»

– Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

« Il y a vraiment [...] un déni de la part du gouvernement de la gravité de la situation et [...] il n'y a pas de mesure conséquente. »

– Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

L'échange entre François Legault et Manon Massé mercredi après-midi:  

  • Question de Manon Massé:   

«250 000 étudiants, étudiantes vont retourner en présentiel cet automne, ils ont hâte, je les comprends, ce que ça va faire, c’est qu’il y a du monde qui vont chercher un appart. Est-ce que le premier ministre a une idée de c’est quoi le prix médian d’un appartement à louer à Montréal par exemple? Est-ce qu’il a une idée de ça? Ça coute combien un logement à Montréal?»  

  • Réponse de François Legault :   

«Ça dépend de la grandeur du logement, mais je dirais ça peut peut-être commencer à 500-600$ par mois, assez rapidement monter à 1000$ par mois... Et je sais que les étudiants, pour en avoir eu chez moi quand j’étais à Sainte-Anne-de-Bellevue, parfois, vont se mettre trois ou quatre, ensemble, pour louer un logement, s’organisent avec les moyens du bord. Je pense qu’on a, au Québec, le système de prêts et bourses le plus généreux en Amérique du Nord.»