/news/coronavirus
Navigation

Une partie du Bas Saint-Laurent en rouge foncé

Les écoles primaires demeureront toutefois ouvertes

Coup d'oeil sur cet article

Le Bas-Saint-Laurent se retrouvera en mesures spéciales d’urgence dès le 1er mai en raison de la situation préoccupante de la COVID-19.

• À lire aussi: Passage en zone d’urgence: le maire de Rimouski en beau fusil

• À lire aussi: [EN DIRECT] Début de la vaccination de masse au Québec dès demain

Couvre-feu à 20 h, fermeture des commerces non essentiels, enseignement au secondaire à distance, ces mesures s’appliqueront sur tout le territoire, à l’exception des MRC de Matane, de La Matapédia et de La Mitis, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. 

Déçu, le maire de Rimouski a dénoncé les écarts de conduite d’une minorité qui nuisent à toute la collectivité. Dans l’ensemble, la situation régionale s’est dégradée.

« On n’en serait pas là, n’eût été une activité la semaine dernière qui a généré plusieurs cas. Si on veut s’en sortir, il faut que les gens se fassent vacciner. C’est toute la population qui paie pour la décision de certains », a mentionné Marc Parent, sans donner plus de détails.

Selon lui, le moindre écart de conduite peut se transformer en catastrophe. « Je suis convaincu que les gens qui ont participé à ce rassemblement doivent se sentir extrêmement mal à l’aise aujourd’hui. Il y a des conséquences sur toute la communauté », a précisé le maire Parent.

Limiter les contacts

Québec précise que des mesures sanitaires exceptionnelles s’imposent au Bas-Saint-Laurent afin de limiter au minimum les contacts non nécessaires. 

« On n’est pas dans la même situation qu’on a vécue à Québec avec une augmentation exponentielle, mais on est dans une quantité importante de cas qui n’arrive pas à baisser », a expliqué le ministre de la Santé Christian Dubé pour justifier ces mesures. 

Contrairement à l’image de la « vague » souvent utilisée pour désigner l’explosion du nombre d’infections à la COVID-19 dans un secteur donné, le ministre préfère parler de « marée qui est en train de monter » pour le cas du Bas-Saint-Laurent. Québec n’a pas fixé de date encore pour la fin de ces mesures d’urgence. Notons toutefois que les écoles primaires resteront ouvertes pour l’instant dans la région. 

Intervention rapide

« C’est clair qu’il peut toujours y avoir des éclosions dans le milieu scolaire, on le sait [mais] elles sont petites et on peut contenir très rapidement l’intervention », a précisé à ce sujet Christian Dubé. 

« Au niveau primaire, c’est beaucoup plus difficile de faire du télé-enseignement, puis en plus, c’est des territoires qui sont très mal couverts par les ondes internet », a-t-il ajouté.

D’autres élus locaux ont lancé un avertissement. « Depuis quelques semaines, c’est nous qui voyons notre situation se détériorer et le nombre des hospitalisations croître », explique Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent.

- Avec Jean-François Racine

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres