/investigations
Navigation

La patineuse d'élite Camille Ruest se pesait trois fois par jour à l'adolescence

Camille Ruet
Capture d'écran tirée du documentaire Pression Camille Ruest est toujours membre de l’équipe nationale de patinage­­­ artistique.

Coup d'oeil sur cet article

Camille Ruest fait partie de l’équipe canadienne de patinage artistique en couple. À une certaine époque de sa carrière, elle était obsédée par sa balance, en plus d’être pesée régulièrement à l’aréna ou au gym.

«Ç’a été incorporé dans ma vie. Je suis une athlète de niveau compétitif, je savais que la nutrition et la morphologie avaient un impact dans mon sport. Je devais aussi être légère dans les airs. C’est pour ça que j’ai commencé à me peser», révèle-t-elle.  

Entre 16 et 21 ans, Camille vérifie son poids trois fois par jour pour s’assurer de ne pas dépasser un certain seuil. Elle entre dans une phase compulsive, développe des idées négatives, son humeur dépendant de ce qu’elle voyait dans le miroir, se rappelle-t-elle. 

«Tout le monde était dans le même bateau. Les 10 patineuses [dans le vestiaire] on se sentait toutes pareilles. On s’encourageait à bien manger, à faire attention et, d’autres fois, on s’encourageait dans le mauvais sens, dit-elle. La grande majorité est tombée dans le trouble alimentaire ou a marché sur la ligne, comme moi.»  

Nombreuses blessures

Même si elle s’est finalement débarrassée de sa balance une fois adulte, Camille reconnaît vouloir réussir dans son sport, à tout prix. Au point où elle a fait fi de la douleur et des blessures qui s’accumulaient au fil des années. Elle a souvent douté de son propre corps, dans le passé. Elle s’est mise à penser que ses blessures étaient fausses, qu’elle exagérait. Elle a compétitionné blessée plus d’une fois.  

«Quand on est rendue une athlète de compétition, on grimpe les échelons et il n’y a pas de temps à perdre [...] Il y a toujours cette pression de vouloir revenir à notre sport. Ça m’est arrivé souvent, de patiner blessée et [d’avoir] empiré mes blessures, qui ont duré des années. Si j’avais pris quelques semaines de congé, ça se serait réglé immédiatement», souligne-t-elle.   

  • Écoutez la journaliste Marie-Christine Noël et Julianne Séguin, ex-patineuse artistique, avec l’animateur Jean-François Baril dans son balado Avantage NumériQ  

Camille sait que son corps est hypothéqué pour la vie en raison des nombreuses blessures qu’elle a subies. «J’assume mes choix et il est déjà trop tard», soupire-t-elle.

La jeune femme se félicite de n’avoir jamais abandonné ses études universitaires en environnement et aimerait bien travailler plus tard dans le domaine de la bioconservation.

Camille Ruest (27 ans)  

  • Patinage artistique en couple          
  • Médaillée de bronze aux Championnats du Canada, 2019          
  • 18e aux Championnats du monde, 2018                    

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE

Des organismes sont là pour vous écouter

ANEB Québec (Anorexie et boulimie Québec) 

1 800 630-0907 • anebquebec.com

Sport’Aide  

1 833 211-2433 • sportaide.ca

Notre dossier complet: