/news/transports
Navigation

Jean-François Gosselin promet de mettre la hache dans le tramway de Québec

Tramway de Québec
Illustration courtoisie, Ville de Québec Tramway de Québec Illustration courtoisie Ville de Québec Photo déposée le 3 février 2021

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de l’opposition, s’il est élu maire, promet de jeter à la poubelle le réseau de tramway de l’administration Labeaume et de mettre en branle son propre projet.

• À lire aussi: Tramway de Québec: des réticences sur la 3e Avenue

On en sait très peu sur le projet de transport structurant de Jean-François Gosselin. Il dit attendre les précisions du gouvernement sur le troisième lien et la desserte des banlieues. «Mais si le gouvernement continue de se faire attendre, on va présenter notre projet quand même avant l’été.»

S’il est élu maire en novembre, il mettra fin aux travaux du tramway, a-t-il confirmé en entrevue.

«Les citoyens vont connaître l’alternative au projet de tramway et il n’y aura pas de tramway dans notre projet.»

Il est conscient que des compensations devront être payées aux trois consortiums qui travaillent sur le projet actuel. Le décret prévoit en effet qu’un maximum de 15 millions $ par groupe doit être versé si la Ville interrompt le processus, au prorata des jours travaillés. M. Gosselin calcule que les pénalités à payer seront un moindre mal.

Les compensations seront moins importantes que celles qui devront être versées aux consortiums qui n’auront pas été choisis au terme du processus, calcule-t-il.

Récupérer les sommes

À la fin 2021, l’administration Labeaume prévoit avoir investi plus de 300 millions $ en planification, conception et travaux préparatoires. Ces sommes, assure M. Gosselin, seront récupérées le plus possible.

«Tout le travail qui a été fait depuis 2019 par le bureau de projet, pour nous, c’est récupérable. On ne partira pas de zéro. On va continuer d’utiliser l’argent qui a été dépensé.» 

Il promet d’expliquer aux citoyens «comment on viendra récupérer ce qui a déjà été fait». Mais il prévient : «Je n’assumerai pas les choix du maire. Je ferai mes propres choix.»

Rousseau veut couvrir Marly

Le second élu en lice pour la course à la mairie, Jean Rousseau, a l’intention de conserver le projet de tramway s’il est élu maire. Le tramway était d’ailleurs au cœur des engagements de son parti, Démocratie Québec, en 2017.

Il apporterait cependant des changements importants dans le secteur ouest. «Le passage sous les lignes à haute tension à Sainte-Foy, c’est une erreur et on devrait avoir une sortie qui nous permettrait d’aller couvrir Marly.» Il compte en faire un enjeu électoral.

Également, M. Rousseau a l’intention de mettre l’accent sur la protection des arbres matures le long de René-Lévesque et de ne pas laisser cet aspect entre les mains des consortiums. 

Un jalon franchi hier   

  • Lancement de l’appel de propositions qui mènera à la sélection, au printemps 2022, du consortium responsable de la conception, de la construction et de l’entretien de la ligne de tramway.    
  • 3300 pages qui s’adressent aux consortiums qualifiés.     
  • Des documents non publics en raison du secret commercial, indique la Ville de Québec.    
  • Les groupes disposeront de 11 mois pour déposer leurs propositions techniques et financières.    
  • Les travaux débuteront à l’été 2022. En attendant, des travaux préparatoires sont en cours.    
  • Un vérificateur indépendant encadrera le processus d’approvisionnement.      

À voir aussi