/entertainment/movies
Navigation

Ma vie en films: «La dernière grosse claque remonte à "Chien de garde"» - Vincent Leclerc

Ma vie en films: «La dernière grosse claque remonte à "Chien de garde"» - Vincent Leclerc
PHOTO COURTOISIE/Bell Média/Yan Turcotte

Coup d'oeil sur cet article

Au petit écran, il est de «Léo», «Sortez-moi de moi», «Les pays d’en haut» ou «District 31». Au grand, il est de «La chute de l’empire américain» et «Le chaos en marche», actuellement sur les écrans. Et à la ville, il est membre du jury de la 17e édition du gala du court métrage québécois qui se tiendra le 7 mai prochain. Vincent Leclerc répond à nos questions. 

Vincent, quel est votre premier souvenir d'une salle de cinéma?

C’est l’un des films de «La guerre des étoiles», mais je ne sais plus lequel. J’ai un souvenir de musique - qui, d’ailleurs, m’émeut chaque fois que je l’entends -, d’une salle sombre et d’une image de R2-D2. Je n’ai aucune idée de l’âge que j’avais... c’était peut-être «Le retour du Jedi» ou «L’empire contre-attaque».

Votre premier film marquant?

Je dirais «La guerre des étoiles». Et celui qui a été marquant pour le jeune homme que j’étais a été «Le magicien d’Oz» que j’ai vu à la télévision et qui a été très longtemps mon film préféré.

Et un plus récent?

La dernière grosse claque remonte à «Chien de garde». J’ai très hâte de voir «Souterrain».

Y a-t-il des choses qui vous surprennent encore lorsque vous arrivez sur un plateau de tournage?

Oui, chaque fois. Chaque première journée de tournage est une première journée d’école, particulièrement sur un plateau américain comme «Le chaos en marche». C’est bien parce que ça continue à me sortir de ma zone de confort. Et c’est ce qui nous fait croître en tant qu’artiste... et peut-être même en tant qu’être humain.

Un film qui vous a traumatisé, enfant?

Mon premier choc s’appelle «Les garennes de Watership Down». C’est un film d’animation avec des lapins, mais qui s’avère vraiment sanglant et violent! J’ai un souvenir d’être allé voir ça avec mes parents et ma sœur un soir de pluie.

Qui a été votre premier «kick» au grand écran?

J’hésite entre Carrie Fisher dans «Le retour du Jedi», dans son «kit» de prisonnière, mais qui étrangle Jabba the Hut, et Tamlyn Tomita, l’actrice qui jouait Kumiko dans «Karaté Kid 2».

La trame sonore qui a marqué votre adolescence?

Mes deux trames sonores préférées sont celles du «Dernier des Mohicans» et des «Commitments» dans laquelle il y avait de vieilles «tounes» de blues et de soul américain.

Un réalisateur ou une réalisatrice avec qui vous rêvez de travailler?

Xavier Dolan! Il y a une grande poésie et une grande prise de risques artistiques dans ce qu’il fait et qui me sortirait de ma tête et de ma zone de confort. Je fais beaucoup de télévision et pas assez de cinéma. Dans l’Art – et surtout dans ce métier – il y a une liberté d’essayer des choses qu’on peut de moins en moins faire en télévision parce qu’on n’a pas le temps de se tromper.

La réplique de film que vous aimeriez voir sur votre pierre tombale?

Il y a «Toto, I don’t think we’re in Kansas anymore» du «Magicien d’Oz» qui a été utilisée dans beaucoup d’émissions de télé. Et j’hésite avec «Zut, flûte, caca boudin» qui est une magnifique et horrible traduction dans «S.O.S. fantômes».