/weekend
Navigation

Un nouveau chapeau de cowboy pour Éric Goulet

Éric Goulet
Photo d'archives Éric Goulet

Coup d'oeil sur cet article

Après Possession Simple, Les Chiens et Monsieur Mono, Éric Goulet s’est lancé, en 2011, dans une nouvelle aventure constituée de sonorités country, folk et americana. Dix ans plus tard, l’auteur, compositeur, interprète et réalisateur poursuit dans cette voie, mais avec des couleurs musicales un peu moins propres.

Goulet, son nouvel album, disponible depuis vendredi, suit les opus Country Vol. 1 et Country Vol. 2 lancés en 2011 et 2014.

« J’avais une couple d’idées de tounes que je voulais faire pour ce nouvel album. C’est la chanson Ma tête est mise à prix qui a donné un peu la direction à cet opus. J’ai ensuite mis la main sur Quand viendra mon heure, écrite par André “Dédé Traqué” Bellemare, et le reste s’est mis à débouler », a-t-il lancé, lors d’un entretien téléphonique.

Les chansons sont presque toutes apparues, a-t-il ajouté, dans l’ordre qu’on les retrouve sur cet album.

« Je me suis fié à mon instinct », a-t-il fait savoir.

Éric Goulet avait aussi envie de faire un album un peu différent des deux premiers volumes tout en demeurant dans les sonorités country, folk et americana.

« Je voulais faire quelque chose d’un peu plus crotté et un peu plus outlaw. Des trucs un peu plus bad boys country comme Steve Earle et Waylon Jennings, contrairement aux deux autres disques où je me voyais plus comme un cowboy blanc. Je voulais faire un cowboy un peu plus gris », a-t-il indiqué, faisant référence à sa crinière grisonnante.

L’imprévu

Le multi-instrumentiste reprend le titre J’attends l’orage de Possession Simple, Chauffeur de van, des Chercheurs d’or et on retrouve des duos avec Sara Dufour et Cindy Bédard. Le classique Aux accords de guitare de Willie Lamothe ferme l’album.

« Ça fait une éternité que j’aime cette chanson-là. Il y a une référence à cette pièce dans le titre La dernière chanson de Monsieur Mono. Elle a été enregistrée, live, autour d’un même micro, lors des sessions du Country Vol. 1. C’est l’fun de finir l’album avec un truc old school », a-t-il fait savoir.

Le musicien explique que cette aventure country entreprise lancée il y a dix ans dure plus longtemps que ce qui était initialement prévu.

« C’est toujours un peu comme ça. Tu fais quelque chose juste pour le fun et parce que tu as envie de le faire. Et tout à coup, il y a une résonance quelconque. Le Country Vol. 1 a été bien reçu et le deuxième était presque tout écrit. Ce fut la même chose avec Monsieur Mono avec un disque, à l’époque, qui ne devait pas être entendu. J’aime tellement de genres musicaux et le plus que je peux en faire, le mieux c’est », a-t-il dit. 

Éric Goulet a l’intention, dans un futur rapproché, de réanimer la formation Les Chiens.

« C’est dans les plans. Nous allons attendre que les conditions soient propices. On veut jouer live et le faire devant des spectateurs », a-t-il laissé tomber.

Éric Goulet
Photo courtoisie