/finance/business
Navigation

Aviation: des revenus en hausse pour Bombardier

L'avion d'affaires Global 7500 de Bombardier
Photo d'archives, Agence QMI L'avion d'affaires Global 7500 de Bombardier

Coup d'oeil sur cet article

L'avionneur montréalais Bombardier s'attend à tirer 1,3 milliard $ en revenus de ses avions d'affaires vendus au premier trimestre de 2021, selon des données provisoires dévoilées lundi. 

• À lire aussi: Airbus offre un hublot d’avion à l’ancien grand patron d’Air Canada

• À lire aussi: Budget Freeland: deux milliards $ pour l’aéronautique

Ainsi, les revenus tirés de la vente de biréacteurs d’affaires seraient en hausse d’environ 18% entre janvier et mars 2021 par rapport à la même période en 2020, au début de la pandémie de COVID-19.

L'entreprise s'attend ainsi à un résultat financier avant intérêts, impôts et amortissement de 123 millions $ pour le premier trimestre de l'année, au cours duquel 26 avions doivent être livrés.

En parallèle, Bombardier a affecté environ 2,4 milliards $ au désendettement de son bilan et estime qu'il lui restera 2,6 milliards $ en liquidités.

Le ciel s’embellit peu à peu pour l’avionneur, qui prévoit livrer jusqu’à 120 avions d’affaires au cours de l’année.

«Pour l’avenir, nos marchés continuent de montrer des signes d’amélioration, nos plans progressent selon l’échéancier prévu et nos résultats financiers demeurent conformes aux prévisions», a souligné le président et chef de la direction de Bombardier, Éric Martel.

Selon lui, le bilan provisoire présenté lundi témoigne de la validité du plan de relance de Bombardier, qui a dû sacrifier dans les dernières années ses divisions concernant ses avions commerciaux et ses trains.

«Le premier trimestre a marqué un solide départ pour l’exercice grâce à nos initiatives en matière de réduction des coûts, qui ont commencé à contribuer à l’amélioration des résultats, aux progrès continus réalisés au chapitre de la courbe d’apprentissage de l’avion Global 7500 et à la forte demande qui a favorisé l’expansion importante des marges par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent», a expliqué M. Martel.