/sports/hockey/canadiens
Navigation

CH-Leafs: un dernier rendez-vous court et lointain

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal a de bonnes chances d’affronter les Maple Leafs de Toronto en séries éliminatoires pour la première fois depuis 1979, mais il est très loin d’être garanti que le résultat de la dernière confrontation entre les deux grands rivaux sera le même cette année. 

• À lire aussi: Le Canadien plus près que jamais de l’objectif

• À lire aussi: Maple Leafs c. Canadien: un avant-goût des séries pour le Tricolore?

À l’époque, le Tricolore constituait l’équipe à battre dans la Ligue nationale de hockey. En fait, la formation dirigée par Scotty Bowman visait sa quatrième coupe Stanley consécutive et avait conclu une autre campagne productive avec 115 points, le deuxième plus haut total du circuit. Avec les Guy Lafleur, Ken Dryden, Larry Robinson et plusieurs autres, le Tricolore était bien armé pour entamer la phase d’après-saison.

Les archives / Journal de Montreal

En guise d’amorce, le Bleu-Blanc-Rouge a eu droit à un choc avec les Leafs au premier tour des séries en 1979, après que Toronto eut vaincu les Flames d’Atlanta en ronde préliminaire. Avec leur dossier ordinaire de 34-33-13, les Feuilles d’érable n’apparaissaient pas comme une menace semblable à celle d’aujourd’hui. Leur parcours du calendrier régulier avait été mouvementé, car l’entraîneur-chef Roger Neilson avait vu le propriétaire Harold Ballard lui demander d’enfiler un sac brun sur la tête pour le match suivant son congédiement initialement prévu, puis annulé après les doléances des joueurs; l’idée loufoque de Ballard ne s’était finalement pas concrétisée.

En revanche, cela ne signifiait pas que les Leafs misaient sur un club médiocre. Darryl Sittler et Lanny McDonald avaient amassé respectivement 87 et 85 points, contre 73 pour Borje Salming. Pendant ce temps, Dave «Tiger» Williams avait totalisé près de 300 minutes de punition. Ce groupe pouvait-il ainsi venger le balayage subi aux mains du Canadien en demi-finale de l’année précédente? La réponse fut un gigantesque non.

Effectivement, Montréal a réussi un deuxième coup de balai en autant d’années face à l’ennemi juré malgré les beaux efforts déployés dans le camp torontois. La Sainte-Flanelle a facilement gagné les deux premiers affrontements au Forum, triomphant 5 à 2 et 5 à 1. Cependant, la bataille a été beaucoup plus serrée sur la patinoire du Maple Leaf Gardens. Il a fallu un but du méconnu Cam Connor en deuxième prolongation pour permettre au Canadien de l’emporter 4 à 3 dans le match 3. Le dernier duel s’est aussi réglé au-delà du temps réglementaire, Robinson mettant fin aux hostilités à la cinquième minute supplémentaire pour procurer un gain de 5 à 4 aux siens.

Du même coup, Montréal a enlevé une huitième série en 15 occasions contre les Leafs. Depuis, les partisans des deux clubs attendent les retrouvailles.

Chemin vers la dynastie

Le gain sans équivoque du Tricolore lui a permis d’accéder à la demi-finale, où les Bruins de Boston lui ont donné des sueurs froides. Le célèbre septième duel de cette série, avec le but égalisateur de Guy Lafleur en fin de troisième période et le filet décisif d’Yvon Lambert en prolongation, est là pour le rappeler.

En finale, le Canadien a eu droit à une grosse faveur, puisque les Rangers de New York avaient renversé les Islanders – la meilleure formation de la saison régulière – dans l’autre série du carré d’as. Montréal a mis seulement cinq parties pour compléter son historique quadruplé de coupes Stanley.