/sports/football
Navigation

Contrat dans la NFL: «Ce n’est que le début», dit Labelle

Bruno Labelle fier d’avoir décroché un contrat avec les Cardinals de l’Arizona

Bruno Labelle a vu de l’action dans 46 matchs comme ailier rapproché et membre des unités spéciales au cours de sa carrière universitaire à Cincinnati.
Photo courtoisie, Université de Cincinnati Bruno Labelle a vu de l’action dans 46 matchs comme ailier rapproché et membre des unités spéciales au cours de sa carrière universitaire à Cincinnati.

Coup d'oeil sur cet article

C’est avec un grand sentiment de fierté que Bruno Labelle a signé, après le repêchage de la NFL, un contrat à titre d’agent libre avec les Cardinals de l’Arizona. L’ailier rapproché est toutefois demeuré les pieds bien sur terre malgré l’ampleur du moment.

« C’est sûr que quand c’est arrivé, j’étais fier, mais pour moi, ce n’est que le début. J’étais content d’obtenir ma chance, mais je ne sautais pas au plafond. Je suis satisfait d’avoir une opportunité d’aller jouer en Arizona, mais le football est un sport où l’avenir est tellement incertain et mon objectif est maintenant de faire l’équipe », a confié au Journal l’ancien des Nomades du Collège Montmorency. 

« Je suis excité par l’opportunité, mais je considère ça comme la première étape d’une longue carrière. La porte vient de s’ouvrir, mais l’objectif principal est loin d’être atteint », a-t-il poursuivi, très conscient de la dure réalité de la NFL.

De bonnes discussions

Avant le repêchage, Labelle avait discuté avec une bonne vingtaine d’équipes qui tâtaient le terrain. À la conclusion de l’exercice, celui qui a porté les couleurs des Bearcats de l’Université de Cincinnati dans les dernières années affirme qu’il avait « cinq ou six » offres sur la table.

La proposition des Cardinals est décidément celle qui convenait le mieux au Montréalais.

« J’ai passé une entrevue avec leur entraîneur des ailiers rapprochés [Steve Heiden] à peu près un mois avant le repêchage. On avait une belle connexion. J’ai aussi parlé avec l’entraîneur-chef Kliff Kingsbury quelques jours avant le repêchage et j’ai senti l’intérêt des Cardinals. 

« Ils veulent amener un gars qui est physique au point d’attaque et qui peut contribuer à l’offensive. C’est à ça qu’ils s’attendent de moi. Il est encore trop tôt pour savoir exactement quel rôle je vais jouer, mais je sais qu’ils veulent quelqu’un qui a une bonne présence physique pour aider à établir le jeu au sol », a indiqué Labelle.

Une belle occasion 

Pour celui qui a capté 20 passes à Cincinnati en plus d’évoluer sur les unités spéciales, l’un des principaux critères dans son choix s’est avéré le groupe d’ailiers rapprochés en place chez les Cardinals.

L’équipe n’avait que trois ailiers rapprochés sous contrat avant d’embaucher Labelle et Cary Angeline (North Carolina State).

« Je pense que je cadre très bien dans cette équipe. Il n’y a pas vraiment d’ailiers rapprochés qui ont mon profil là-bas. Rien n’est garanti dans la vie, mais je suis très confiant de faire ma place », estime-t-il.

Labelle, qui rejoindra sa nouvelle équipe le 12 mai, se réjouit par ailleurs de voir deux autres Québécois en sa compagnie dans la NFL, soit Benjamin St-Juste (Washington) et Pier-Olivier Lestage (Seattle).

« C’est super le fun de voir des gars du Québec qui ont la chance de pouvoir réaliser leur rêve de jouer dans la NFL. C’est la preuve qu’on peut développer de bons joueurs de football. Je suis content pour la communauté du football québécois. »